Mediaterre

La fin de l’aménagement écosystémique? Leçons de l’aménagement des forêts nationales américaines



  • Un des grands principes à la base de l'aménagement écosystémique, soit l'idée de préserver une diversité d'écosystèmes et d'espèces (principe du filtre brut), est en train de prendre la voie de garage dans la définition des futures règles pour l'aménagement des forêts nationales américaines. Par quoi cela va-t-il être remplacé? Si la discussion est ouverte, les nouveaux mots d'ordre sont : restauration et résilience. En particulier, restauration des écosystèmes dont la dynamique de feu a été altérée, et résilience face aux changements climatiques et ses conséquences : épidémies d'insectes plus sévères, sécheresses accrues et autres. Une raison particulière : préserver la qualité de l'eau. Petit retour historique pour comprendre comment le USDA Forest Service en est venu là.  

    L'aménagement des forêts américaines

    Depuis 1976, les forêts nationales américaines sont aménagées selon les principes du National Forest Management Act (NFMA). Le NFMA émet les grands principes. C'est à l'échelle en-dessous, soit lors de l'établissement des planning rules, que le USDA Forest Service spécifie les règles et principes à appliquer à la production des plans d'aménagement des 155 forêts nationales américaines couvrant 78 millions d'hectares (193 millions d'acres). Les premières planning rules datent de 1979, mais ce sont celles de 1982 qui servent de principal point de référence, car elles ont été utilisées pour la production des plans entre 1983 et 1993. En 1989, une Critique (en majuscule dans leur texte) de ces planning rules réalisée par le USDA Forest Service a conclu qu'elles étaient très longues et complexes à appliquer en plus d'être très coûteuses. Dans son ensemble, le processus de production des plans était très " lourd " (cumbersome). Après quelques propositions, de nouvelles planning rules furent émises en 2000, mais l'année suivante, le USDA Forest Service (lui-même!) posa le même constat : le processus était trop complexe, lourd et coûteux. C'est en 2005 que, finalement, une nouvelle révision fut proposée mais, contestée avec succès devant une cour, il y eut des ajustements en 2007 (battus en cour) et finalement en 2008. Cette dernière version des planning rules, qui se voulait une version finale, fut annulée (vacated) en cour le 30 juin 2009. Le gouvernement a alors rapidement décidé de ne pas contester cette dernière décision et de regarder vers une nouvelle direction : la restauration et la résilience des écosystèmes. Il faut les comprendre : 68 de leurs 127 plans accusent du retard de révision, qui peut prendre de 8 à 10 ans, et cette décision vient bloquer le processus.

    Pour quelle raison furent invalidées les planning rules de 2008? Fondamentalement, l'approche visant à maintenir une variabilité d'écosystèmes présente depuis 2000 fut considérée inférieure d'un point de vue environnemental aux règles de 1982 qui spécifiaient clairement le maintien de la viabilité des espèces animales et fauniques. Il était alors nettement spécifié qu'il fallait assurer l'existence perpétuelle de ces espèces. Depuis 2000, selon une approche de filtre brut, le USDA Forest Service visait plutôt le maintien de conditions écologiques qui, elles, devaient assurer une haute probabilité du maintien des espèces animales et aquatiques. Or, la juge a estimé que le USDA Forest Service a manqué à son obligation de vérifier les impacts du retrait du principe de maintien de la viabilité des espèces au profit d'une approche écosystémique qui se voulait une stratégie indirecte de maintien des espèces. Aucune preuve n'ayant été apportée quant à l'efficacité de cette dernière approche sur la protection des espèces animales et aquatiques, la juge l'a invalidée. Une décision avalisée par le gouvernement américain et, conséquemment, par le USDA Forest Service.

    L'aménagement systémique au Québec

    Ici, le Québec a choisi de mettre l'aménagement écosystémique au coeur de sa politique d'aménagement des forêts publiques. Sommes-nous sur la bonne voie? L'ancien directeur du Centre d'étude de la forêt (entre autres titres) et chercheur, Christian Messier, a tourné la page sur l'aménagement écosystémique pour justement embrasser une approche basée sur la résilience des écosystèmes. Personnellement, je ne crois pas que nous changerons de paradigme demain matin... mais il y a de bonnes chances que ce soit après-demain! De fait, il est difficile d'imaginer qu'un concept pour lequel il y a des visions bien différentes puisse survivre très longtemps au test de la réalité. En l'espace de six mois, le ministère des Ressources naturelles et de la Faune (MRNF) a d'ailleurs modifié de façon substantielle la définition de l'aménagement écosystémique dans la nouvelle Loi sur l'aménagement durable des forêts. Comment appliquer et juger du succès ou de l'échec d'un concept dont on peut avoir des visions si différentes.

    Le changement de paradigme dans l'aménagement des forêts nationales américaines qui s'est opéré aux États-Unis à la suite du jugement de 2009 est majeur et aura assurément des impacts sur le regard que les aménagistes américains vont porter sur la forêt. Si l'approche écosystémique impliquait de regarder dans le passé, celle de la " restauration et résilience " implique davantage de regarder le présent et l'avenir afin de l'anticiper. Je reste convaincu qu'ils vont continuer à regarder vers le passé! Toutefois, les aménagistes vont potentiellement le regarder dans une approche plus dynamique que l'approche figée et parfois dogmatique des portraits préindustriels. On peut s'attendre, espérer oserai-je dire, que l'histoire soit pleinement intégrée dans la dynamique des écosystèmes forestiers sans être pour autant la référence qu'il faille nécessairement atteindre.

    Leçon à tirer

    Finalement, s'il y a une autre leçon à tirer de l'expérience de l'aménagement de forêts publiques, c'est sa complexité. Malgré tout le travail fait par le USDA Forest Service depuis plus d'une décennie pour réviser ses planning rules, il révisera finalement ses plans d'aménagement avec les règles de 2000 (celles officiellement en vigueur depuis le jugement de 2009) qui permettent d'utiliser celles de 1982. Dans les faits, ce sont ces dernières qui seront appliquées, car le USDA Forest service juge lui-même impossible à appliquer celles de 2000!

    Avec la reprise en main par le MRNF des activités de planification et de l'encadrement d'à peu près tout ce qui se fait dans l'aménagement des forêts publiques, le Ministère se trouve pleinement face à cette complexité sociale, écologique et économique. Car ne l'oublions pas, s'il ne se coupe presque plus de bois dans les forêts nationales américaines, elles ne représentent que 20 % des forêts américaines. Les coupes se font en forêt privée. Avec nos 90 % de forêts dans le domaine public, le MRNF s'est donné un mandat titanesque dont il porte seul la responsabilité et, si on se fie à l'exemple de nos voisins du sud, l'aménagement écosystémique ne sera pas la solution.
    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2022 Médiaterre V4.0