Peut-on apprendre à vivre sans la voiture?



  • C’est la question que se pose Jérôme Laviolette, finissant à la maîtrise en planification des transports et récipiendaire de la bourse de la Fondation David Suzuki. Cette problématique sera au cœur d’un nouveau projet de recherche débutant à l’automne 2017.

    Ancré dans une perspective de transport durable, le projet de M. Laviolette sera centré sur une manière de sensibiliser la population autrement sur des questions de transport durable. Il sera abordé l’étude de la dépendance à l’automobile, ainsi que les obstacles menant à un changement de comportement.

    Sensibiliser autrement

    Selon M. Laviolette, le problème le plus criant est celui de l’auto solo. Toutefois, selon lui, il ne faut pas démoniser la voiture; l’automobile aura toujours une certaine part dans les modes de transport.

    Afin de diminuer l’utilisation de la voiture, particulièrement de l’auto solo, il faudrait plutôt tenter de prévoir des contraintes pour ce mode de déplacement. Le but visé est donc de réduire la facilité de déplacement qui est actuellement promue par l’automobile.

    On suggère, par exemple, de réduire le nombre de voies réservées à l’automobile, de l’installation d’une taxe kilométrique ou encore de réduire les espaces de stationnement. Toutefois, ces initiatives sont sujettes à beaucoup d’opposition de la part de la population. Il faut donc d’abord sensibiliser les citoyens aux questions de transport durable afin de créer un mouvement de conscientisation.

    M. Laviolette rappelle que des choix existent tels le Bixi, la voiture en libre-service et l’autopartage mais qu’ils sont, à Montréal, concentrés dans les quartiers centraux de la ville. Cependant, les pratiques de sensibilisation présentement en place ne sont pas suffisantes et pas assez efficaces. On met en cause le manque de diversité des solutions. «Pour constater un changement marquant, il faut que le citoyen puisse voir un choix véritable et mesurable à l’auto solo. Ainsi donc, il faut donc mieux comprendre les causes de la dépendance à l’automobile ainsi que les habitudes comportementales en matière de déplacement avant de pouvoir espérer induire un changement», précise-t-il.

    S’inspirer d’ailleurs

    Le projet de ce groupe de recherche vise donc à explorer les pistes de sensibilisation qui sont à ce jour non développées. Il sera également question dans ce projet des actions devant susciter des changements aux politiques publiques existantes.

    Pour ce faire, l’équipe ne souhaite pas limiter ses travaux à Montréal, ni même au Québec ou au Canada. On s’inspirera des pratiques ayant connu des succès à l’étranger comme celles établies dans la ville de Copenhague. Toutefois, il n’existe pas de solution unique, pas de recette miracle à la promotion du transport durable. « Le but recherché est de d’identifier le déclic, ce qui marche pour la communauté observée.»

    En somme, le projet de M. Laviolette et de son équipe est porteur de questions cruciales pour l’avenir du déplacement durable. Il semble assuré qu’il permettra de mettre en lumière des manières différentes de sensibiliser la population aux questions environnementales, particulièrement en déplacement durable.

    Source : GaïaPresse

    Partagez
    Donnez votre avis
    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0