Mediaterre
   

La Banque mondiale émet une obligation pour le développement durable afin de sensibiliser à l'autonomisation des femmes et des filles



  • La Banque mondiale a émis une Obligation pour le Développement durable afin de sensibiliser les gens quant à la façon dont le renforcement du pouvoir des femmes et des filles aidera à accélérer le développement économique, réduire la pauvreté et construire des sociétés durables dans le monde entier. L’obligation a permis de lever 1 milliard de dollars canadiens provenant de plusieurs investisseurs institutionnels dans le marché canadien.

    L'égalité des sexes est l'un des 17 objectifs de développement durable (ODD) et l'un des cinq thèmes clés de la présidence canadienne du Groupe des Sept (G7) en 2018. Elle se trouve au cœur des objectifs de la Banque mondiale de mettre fin à l'extrême pauvreté et de promouvoir une prospérité partagée de manière durable.

    En marquant la première action de la Banque mondiale sur le marché libellé en dollars canadiens en deux ans, l'obligation a attiré une participation remarquablement forte des investisseurs canadiens. En plus d'offrir la première opportunité de haute qualité de l'année sur ce marché, l'accent mis sur le développement durable ainsi que l'égalité des sexes a offert aux investisseurs une opportunité intéressante d'aligner leurs objectifs financiers et sociaux. L'obligation a été largement sursouscrite, avec plus de 40 investisseurs passant des commandes de plus de 1,2 milliard dollars canadiens.

    « Nous avons besoin de 7 mille milliards de dollars américains pour atteindre les objectifs de développement durable—et nous ne les atteindrons pas si nous laissons derrière nous la moitié de notre population. C'est pourquoi la Banque mondiale et le Canada se sont engagés à promouvoir l'égalité des sexes et le renforcement du pouvoir des femmes. Ce n'est pas seulement la bonne chose à faire—c'est la chose intelligente à faire pour assurer un meilleur avenir à tous », a affirmé Kristalina Georgieva, directrice générale de la Banque mondiale.

    « Les marchés des capitaux peuvent transformer la société. Grâce aux obligations de la Banque mondiale, nous créons les canaux qui permettent de financer des priorités mondiales telles que l’égalité des sexes et le changement climatique, et de connecter les investisseurs à des résultats de développement positifs. Je suis particulièrement ravie de la concrétisation de l’engagement du Canada à l’égard du renforcement du pouvoir des femmes et des filles, ainsi que du lancement de la première obligation de développement durable de la Banque mondiale axée sur l’égalité des sexes », explique Arunma Oteh, vice présidente et Trésorière de la Banque mondiale.

    « Avec les objectifs de développement durable de la Banque mondiale, cette obligation contribuera à soutenir les projets et programmes qui couvrent les thèmes clés identifiés par le Canada comme prioritaires pour sa présidence du G7 en 2018, dont l’égalité des sexes et le renforcement du pouvoir des femmes. », affirme Roger Beauchemin, président et chef de la direction d’Addenda Capital. « Addenda Capital est convaincue que cette obligation est un excellent choix pour nos clients y compris pour notre Fonds Revenu Fixe d’impact. Nous croyons que les investisseurs devraient aller au-delà des obligations vertes afin d’identifier des occasions d’avoir un impact social et environnemental positif tout en générant des rendements concurrentiels »

    Communiqué de la Banque Mondiale

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0