Mediaterre
   

Le FUGEPAC et la CGEUP nouent un partenariat pour promouvoir les offres formatives de l'enseignement supérieur en Afrique centrale



  • Les responsables des deux organes, respectivement Armand Claude Abanda et le Pr. Daniel Franck Idiata ont, dans cette logique, signé un accord de partenariat à Libreville (Gabon), le 7 mars 2020.

    En effet, en vue de faire de la 3è édition du Forum des universités et grandes écoles professionnelles d'Afrique centrale (FUGEPAC) 2020 à Brazzaville (Congo) un succès total, le président exécutif Armand Claude Abanda ne ménage visiblement aucun effort pour élargir le réseau des partenaires de la plateforme en cours d’élaboration, axée sur le partage d’expériences dans le domaine de l’éducation, la recherche et l’innovation en zone CEMAC (Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale).

    Après, entre autres, l’Uba Congo, Digital Transformation Alliance (DTA) et Dassault Systèmes à Paris, le Conseil africain et malgache pour l'enseignement supérieur (CAMES), le président exécutif du FUGEPAC vient de nouer un accord de partenariat avec la Conférence gabonaise des grandes écoles et universités du privé (CGEUP).

    Une initiative, faut-il le relever, à mettre à l’actif de Christian Gaillard Obame, point focal FUGEPAC Gabon, qui à l’occasion a été solennellement installé comme Représentant national du FUGEPAC Gabon.

    Il s’agit d’un réseau d’une quarantaine d’établissements de l’enseignement supérieur d’ordre privé au pays d’Ali Bongo Ondimba qui certifie sa participation active au FUGEPAC 2020 à Brazzaville. D’après les signataires, la convention paraphée à Libreville, le 7 mars 2020, a pour but d’assurer un meilleur encadrement des étudiants de l’Afrique centrale et la coopération Sud-Sud.

    C’est ainsi que le partage d’expériences va donner la possibilité d’améliorer les offres de formation et d’avoir une meilleure application des compétences pédagogiques.

    Ce renforcement de la coopération entre les universités et grandes écoles de formation d’Afrique centrale va également permettre de réduire considérablement la fuite de cerveaux qui vident à longueur d’année l’Afrique de ses valeureux fils et filles.

    En d’autres termes, ce partenariat rentre de plain-pied dans la vision futuriste des dirigeants de l’Afrique centrale, à savoir promouvoir la professionnalisation de l’enseignement supérieur, de doter les États membres des ressources humaines capables de répondre aux besoins similaires de part et d’autre de la zone CEMAC composée dela République centrafricaine, de la République du Congo, du Gabon, de la Guinée équatoriale du Tchad et du Cameroun.

    Ce fut l’occasion pour Armand Claude Abanda de rappeler que «Le FUGEPAC est un projet intégrateur qui permet de rassembler les peuples d’Afrique centrale par le brassage des compétences négritudes et promouvoir les offres académiques que propose la CEMAC, convaincre les jeunes de l’Afrique centrale à choisir de manière prioritaire les pays d’Afrique pour leurs études supérieures».

    Et le président de la CGEUP, le Pr. Daniel Franck Idiata, par ailleurs président du Groupe EM Gabon-université, de renchérir : «C’est une convention qui revêt un caractère novateur. À travers cet accord de partenariat, la CGEUP va jouer le rôle d’agent régulateur, de normalisation de l’enseignement supérieur dans l’espace sous-régional.

    Nous pensons que le FUGEPAC va permettre de rationnaliser le marché de l’enseignement supérieur dans l’espace Afrique centrale, en mettant en œuvre des éléments de normalisation, de labellisation des formations et même d’évaluation.»

    Pour mémoire, la CGEUP créée le 19 septembre 2019 a pour missions : la promotion, le développement et le rayonnement des établissements d’enseignement supérieur du privé, par «une recherche constante de l’excellence, en liaison avec le monde de l’entreprise, les acteurs de l’économie et de la société civile».

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0