Mediaterre
   

Vulgarisation du biochar en Côte d'Ivoire : Pertinence d'une suggestion de EXPADD (Experts d'Afrique pour le Développement Durable)



  • L'agriculture en Côte d'Ivoire concerne à la fois les cultures pérennes d’exportation ( Palmier à huile, Hévéa, Café, Cacao…), de nombreuses cultures vivrières (riz, bananes, manioc, igname..) et maraîchères (Tomate, oignon, laitue, piment…). Le pays a construit son économie autour de ses nombreuses productions agricoles dont le fameux binôme café -cacao.

    Cette agriculture participe donc inéluctablement à la place de leader du pays en Afrique noire francophone. Pour atteindre un tel exploit, les nombreux paysans (plusieurs millions) font malheureusement recours à des engrais chimiques, aux conséquences néfastes pour l’environnement.

    Face à cette réalité incontestable, le cabinet EXPADD ‘Experts d’Afrique pour le Développement Durable) préconise la vulgarisation du biochar. Le biochar est un amendement du sol issu de la pyrolyse de biomasse. Il est utilisé en agriculture pour augmenter la productivité des sols, le biochar agissant pour réhumifier les sols, améliorer la rétention d'eau et stimuler le système immunitaire des plantes. Le pays étant agricole, il dispose d’importants résidus agricoles (des millions de tonnes) qui peuvent être transformés en biochar et ainsi contribuer à la fertilisation biologique des sols.

    EXPADD compte s’appuyer sur les coopératives pour promouvoir cette technique innovante de fertilisation aux planteurs ivoiriens. Le Cabinet d’experts n’exclut pas d’étendre ce projet à d’autres pays de la sous-région.

     

    Dr Christophe GBOSSOU

    cgbossou@yaho.fr

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2021 Médiaterre V4.0