Mediaterre
   

Un rapport du PNUE souligne les avantages liés au financement des forêts



  • Une hausse de seulement 0,034 pour cent du PIB favoriserait la diminution de moitié de la déforestation, la création de millions d'emplois et participerait à la lutte contre le changement climatique

    Delhi/Nairobi 5 Juin 2011 - Selon un rapport du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), en investissant 40 milliards de dollars supplémentaires par an dans le secteur forestier, on pourrait diminuer la déforestation de moitié d'ici 2030, augmenter les plantations d'arbre de près de 140 pour cent d'ici 2050 et créer des millions d'emplois.

    Soutenus par des politiques adéquates, de tels investissements (en hausse de deux tiers par rapport à ceux actuellement consacrés aux forêts) permettraient de séquestrer ou supprimer 28 pour cent du carbone de l'atmosphère et donc joueraient un rôle important dans la lutte contre l'évolution climatique.

    Forests in a Green Economy: A Synthesis sort à l'occasion des célébrations de la Journée mondiale de l'environnement de cette année. Avec son thème, Forêts : La Nature à votre service, la JME met en valeur tous les services que les forêts rendent à l'humanité.

    La JME 2011 se déroule pendant l'année internationale des forêts, consacrée, notamment, à l'importance de la forêt dans la transition vers une économie verte, pauvre en carbone et économes en ressources.

    " La JME 2011 est célébrée précisément 12 mois avant la Conférence Rio 20 au Brésil, l'année prochaine, où les délégués du monde entier vont tenter de trouver une réponse nouvelle et plus appropriée aux défis du développement durable du 21e siècle, " a déclaré Achim Steiner, Secrétaire Général adjoint des Nations-Unies et Directeur exécutif du PNUE.

    Il ajoute : " selon l'initiative pour une économie verte, la forêt est l'un des dix principaux secteurs qui favorisera la transition vers un futur pauvre en carbone, économe en ressource et générateur d'emplois, si elle bénéfice d'investissements et de politiques prospectives. "

    Toujours selon M. Steiner, " on observe déjà de nombreux signaux encourageants : la perte annuelle nette de forêts observée depuis 1990 a diminué, passant de huit millions à cinq millions d'hectares et, dans certaines régions, comme l'Asie, les Caraïbes et l'Europe, le couvert forestier a même augmenté au cours des vingt dernières années. "


    Source : PNUE
    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0