Mediaterre
   

10,5 milliards de tonnes de carbone stockées dans des sites forestiers du patrimoine mondial



  • Une étude réalisée par le Centre du patrimoine mondial examine la totalité du carbone stocké dans les arbres, les feuilles, litière et le sol pour l'ensemble des 106 sites du patrimoine mondial forestier. Réalisée par M. Devendra Pandey, l'ancien directeur général du " Forest Survey "  de l'Inde, l'étude est la première à examiner spécifiquement les forêts du patrimoine mondial en utilisant une variété de source d'information, afin d'obtenir la meilleure estimation à ce jour du carbone stocké dans ces aires protégées reconnues mondialement.

    L'étude reposait sur un certain nombre de sources, y compris les résultants de l'Évaluation la FAO des ressources forestières mondial de la FAO en 2010, un recueil mondial de données nationales sur les indicateurs de l'état des forêts. Il a également bénéficié des apports d'un réseau professionnel d'experts chevronnés de l'enquête de la forêt qui ont fourni des informations plus précises, ou de plus récentes études, dans de nombreux cas.

    L'étude révèle un total de 10 504 461 000 tonnes métriques de carbone stockées dans plus de 55 millions d'hectares de terres forestières parmi les 106 sites du patrimoine mondial forestier. Les deux sites ayant le plus de carbone stocké sont: 1) Te Wahipounamu - zone sud-ouest de la Nouvelle-Zélande, avec 785 460 000 tonnes; 2) Parc national de Salonga (République démocratique du Congo), avec 723 600 000 millions de tonnes.  Les sites du patrimoine mondial forestier avec la plus grande densité de carbone sont: 1) Parc d'état et national de Redwood (États-Unis) à 625 tonnes par hectare; 2) Parc national Olympic (États-Unis) à 515 tonnes par hectare.

    Cette information aidera aux personnes intéressées à mieux comprendre le rôle des sites forestiers du patrimoine mondial dans l'atténuation du changement climatique et de la valeur de la conservation des écosystèmes forestiers dans la lutte contre le changement climatique. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat a calculé que 17% de dioxyde de carbone émis dans l'atmosphère chaque année provient de la destruction et de la dégradation des forêts, alors que le carbone stocké dans ces forêts est libéré lors de leur destruction. Les sites forestiers du patrimoine mondial sont bien placés pour agir en tant que noeuds dans un paysage plus vaste autour duquel la conservation des forêts et les pratiques de gestion durable des forêts peut être galvanisée.

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2022 Médiaterre V4.0