Mediaterre
   

Les pays en développement des 3 plus grandes régions forestières du monde se mobilisent contre contre le changement climatique



  • Dans la lutte contre le changement climatique, les forêts jouent un rôle crucial. Dans le monde, la déforestation plus que les transports, contribue aux émissions de gaz à effet de serre.

    Tout en ayant un rôle central dans le stockage d'une grande quantité de carbone,  les forêts sont essentielles au développement de nombreux pays. C'est la raison pour laquelle, trois agences des Nations Unies soutenues par un montant initial de 35 millions de dollars de la Norvège ont lancé le Programme ONU-REDD en 2008. Le programme aide les pays à se préparer pour la REDD +: Réduction des émissions issues de la déforestation et de la dégradation des forêts, le + fait référence à la conservation et l'amélioration des stocks de carbone forestiers  ainsi qu'à la gestion durable des forêts.

    Selon Julie Greenwalt du PNUE: "L'idée de REDD + vient du fait que 15 à 17% des émissions mondiales de carbone se produisent en  cas de déforestation ou de dégradation des forêts. Les forêts stockent le carbone et au moment où nous les abattons, il est relâché dans l'atmosphère. La quantité de gaz à effet de serre provenant des  forêts est plus importante que celle issue du secteur des transports. Les forêts sont donc reconnues comme un problème majeur  au niveau des changements climatiques. "

    " Dans beaucoup de pays, les forêts représentent une importante  source de développement. Les pays développés tels que les  Etats-Unis, le Royaume-Uni et la plupart des pays européens consomment une grande partie de leurs ressources naturelles. Par conséquent, la plupart des forêts restantes, riches en carbone se situent dans les pays en développement. Il est important de fournir des incitations à ces pays afin qu'ils développent des moyens de préservation des forêts. "

    Et c'est là qu'intervient la REDD +. Tout en aidant à faire pencher la balance économique en faveur d'une gestion durable des forêts, REDD + apportera une contribution majeure à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Dans le même temps les forêts  qui représentent   de formidables biens et services économiques, environnementaux et sociaux  continueront de bénéficier  aux pays, aux  communautés ainsi qu'aux utilisateurs de la forêt.

     "Les pays  ont enregistré des taux différents de déforestation au cours de l'histoire. L'un des objectifs de REDD + est de réduire les taux de déforestation en faisant faire payer des taxes   au carbone. Au Nigeria, par exemple, le taux de déforestation est d'environ 3,4%. C'est extrêmement élevé,  mais le moindre succès que le Nigeria aura dans la réduction de ce  taux  à travers le programme REDD+, sera compensé via une taxe au carbone ". Explique Greenwalt.

    L'histoire de la REDD +, cependant, va au-delà de carbone. L'idée s'est développée pour prendre en compte les avantages multiples que les forêts fournissent, de la conservation des sols et du captage de l'eau à la biodiversité et des produits de la forêt, et ne pas seulement se limiter uniquement au carbone qu'elles peuvent capturer.

     " Au début du programme REDD +, les discussions des NU sur le climat qui concernaient la déforestation  du point de vue de la lutte contre le changement climatique étaient relatifs au carbone," dit-elle. " Mais il est vite devenu évident que les forêts et les activités de REDD + ont des avantages qui ne sont pas seulement relatifs au carbone. Les forêts sont importantes pour leurs effets bénéfiques sur l'environnement, la biodiversité, les services  lies aux écosystèmes  telle que  qualité de l'eau et la conservation des sols, mais aussi en termes de moyens de subsistance pour les personnes qui vivent dans et autour de la forêt. "

    C'est la raison pour laquelle, les groupes représentants les peuples autochtones et les communautés forestières jouent un rôle de plus en plus actif dans la REDD +. Selon Victor Lopez Illescas de l'Association des communautés forestières du Guatemala: "REDD + pour nous,  représente un moyen de réduire l'exclusion des peuples autochtones dans les prises de décision relative à la forêt. C'est la raison pour laquelle nous faisons partie du processus de préparation et sommes observateurs  pour le compte de la société civile d'Amérique latine au  conseil politique de l'UN REDD. "
    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2021 Médiaterre V4.0