Une croissance économique verte et inclusive : une priorité du programme politique du Pérou



  • Au cours de ces cinq dernières années, la pratique du travail à distance s'est largement répandue en Colombie, en particulier dans les grandes villes comme dans la capitale, Bogota et à Medellin.

    La nouvelle culture du travail à domicile a été activement soutenue par le gouvernement et les entreprises privées, le nombre de télétravailleurs a par conséquent douvlé pour passer à 100 000 personnes depuis 2012.

    Le télétravail a été formellement soutenu par différents gouvernements européens et ses avantages - comme un productivité accrue et la réduction des émissions de carbone grâce à des allers-retours moins nombreux ou plus courts - ont longtemps été reconnus par de nombreuses multinationales comme Cisco, Dell, Xerox and Aetna.

    Maintenant, le Pérou est le pays suivant. En novembre de l'année dernière, le pays a signé un pacte national avec les autorités régionales, les entreprises, la société civile et les associations commerciales pour créer un environnement favorable au télétravail dans les entités publiques et privées.

    Le gouvernement a également adopté une loi sur le télétravail, non seulement pour en tirer des avantages environnementaux, mais aussi pour promouvoir l'inclusion des groupes vulnérables, en particulier ceux qui sont moins mobiles, comme les personnes handicapées et les parents seuls.

    Dans un pays où l'économie connaît une croissance rapide et où le transport est responsable de 40% des émissions liées à l'énergie, ce changement de mode de vie, conjugué aux législations et mesures de transport écologiques prévues (y compris les réformes fiscales sur la consommation de carburant) devrait permettre au Pérou d'atteindre ses objectifs en matière de réduction des émissions.

    Les efforts du Pérou pour intégrer la durabilité environnementale dans les stratégies de développement économique sont également importants pour atteindre son objectif d'adhésion à l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

    Tout au long de ce processus, le Pérou a été soutenu par le Partenariat pour l'action en matière d'économie verte (PAGE) - une coalition de cinq agences des Nations Unies créées dont le but est de coordonner l'action sur l'économie verte, que le Pérou a rejoint en 2013.

    Le PAGE a collaboré avec le gouvernement péruvien au sujet de la croissance verte nationale et sectorielle, conformément au plan stratégique national pour le développement nommé « Pérou 2021 ».

    En mai 2016, le PAGE s'est associé au Centre national de planification stratégique et au ministère de l'Économie et des Finances pour commander une étude qui a débouché sur 12 recommandations politiques sur la croissance verte, dont beaucoup sont actuellement mises en œuvre.

    Suite aux élections de 2016, le nouveau gouvernement a déclaré son engagement politique à l'égard des objectifs de croissance verte, en s'inscrivant dans le programme de développement du pays.

    Une grande partie du travail du programme PAGE est liée aux politiques. Grâce à des dialogues, à des ateliers, à des études et à des recommandations de politique générale, l'organisation contribue à rassembler les organisations pertinentes et à informer le public des avantages réels de la croissance verte, tout en veillant à ce que les participants apprennent et contribuent aux décisions qui détermineront leur futur.

    Le Pérou sera parmi les pays représentés cette semaine à Berlin lors de la deuxième conférence ministérielle du PAGE. Plus de 300 dirigeants des gouvernements, de la société civile, du secteur privé, des partenaires au développement, des médias et du public se réunissent pour explorer comment nos économies et nos marchés financiers peuvent être des «facilitateurs» des objectifs de développement durable et de l'Accord de Paris.

    Communiqué du PNUE

    Partagez
    Donnez votre avis
    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0