Mediaterre
   

L'ONU appelle à mettre fin à l'austérité et à réaliser la prospérité pour tous



  • L'économie mondiale semble bloquée sur le chemin de la reprise et pour la sortir de cette léthargie il est nécessaire de mettre fin à l'austérité, estime un nouveau rapport de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) publié jeudi.

    La CNUCED note que l'économie mondiale en 2017 a redémarré mais ne décolle pas. La croissance devrait atteindre 2,6%, soit un taux légèrement supérieur à celui de 2016, mais bien inférieur à la moyenne d'avant la crise financière qui était de 3,2%.

    La plupart des régions devraient enregistrer de petits gains, l'Amérique latine sortant de la récession et enregistrant le plus grand changement, même si cela ne représente qu'une croissance de 1,2%. La zone euro devrait connaître sa croissance la plus rapide depuis 2010 (1,8%), mais celle-ci est encore à la traîne par rapport aux États-Unis.

    « La combinaison d'une dette trop élevée et d'une très faible demande au niveau mondial entrave l'expansion soutenue de l'économie mondiale », a déclaré le Secrétaire général de la CNUCED, Mukhisa Kituyi, dans un communiqué de presse.

    Le rapport, intitulé 'Rapport 2017 sur le commerce et le développement : au-delà de l'austérité - vers un nouvel accord mondial', juge nécessaire de définir une politique ambitieuse et alternative pour construire des économies plus ouvertes et plus attentionnées.

    La CNUCED estime que les gens devraient être placés avant les bénéfices des entreprises et appelle à un 'nouveau contrat' (new deal) mondial. La fin de l'austérité et l'utilisation de la finance pour soutenir la création d'emplois et l'investissement dans les infrastructures seront la clé de ce changement profond.

    Selon l'agence onusienne, la finance non régulée reste au cœur du monde hyper-globalisé d'aujourd'hui, et le fait de ne pas la dompter et de ne pas remédier aux inégalités profondes qu'elle engendre menace les efforts pour construire des économies inclusives.

    « L'argent public a été utilisé de façon généreuse pour empêcher le secteur financier de sombrer en 2007/08, mais les causes profondes de l'instabilité financière n'ont pas été traitées par les gouvernements nationaux ou à l'échelle mondiale », a déclaré Mukhisa Kituyi.

    Le rapport de la CNUCED note également que les femmes sont exclues de meilleures opportunités professionnelles alors que leur participation au marché du travail augmente et que celle des hommes diminue.

    La CNUCED attribue l'intensification du rationnement de l'emploi lié au genre au nombre de plus en plus limité de 'bons emplois' par rapport à l'offre de main-d'œuvre.

    Les 'bons emplois' sont associés au travail décent dans le secteur formel, où les salaires sont plus élevés, avec un accès à des possibilités de promotion et des conditions de travail mieux réglementées.

    Le rapport conclut que faciliter l'accès des femmes à un emploi décent - surtout grâce à des investissements dans les infrastructures sociales qui permettent aux femmes de combiner travail rémunéré et responsabilités en matière de soins - est crucial.

    Communiqué de l'ONU
    Télécharger le résumé
    Télécharger le rapport

    Partagez
    Donnez votre avis
    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2017 Médiaterre V4.0