Mediaterre

Intégrer la nature dans les futures stratégies d'investissement : l'exemple de la TCFD (Task Force on Climate-related Financial Disclosures)



  • La nature se dégrade actuellement à un rythme sans précédent à l’échelle mondiale. Le taux de perte mondiale de la biodiversité a augmentédrastiquement au cours des 50 dernières années, conduisant à une crise environnementale mondiale.La dégradation des écosystèmes naturels de notre planète, tels que les océans oules écosystèmes terrestres ne permettent plus d’assurer la capacité de la Terre à fournir des biens vitauxet des services qui permettent à l'économie de prospérer.

    De plus, dépasser les limites écologiques de notre planète, non seulement en termes de ressources, mais aussi en termes de population peut également mettre la rentabilité de certains investissements à risque. En effet, certains rendements financiers sont inextricablement liés à la nature à travers les dépendances et les impacts des activités économiques qu’ils financent. Les préoccupations concernant les menaces liées à l'environnement, à commencer par les risques financiers liés au climat, changent et on observe davantage un lien qui se crée entre les préoccupations financières et les préoccupations environnementales.

    Depuis le lancement de la Taskforce on Climate-related Financial Disclosures (TCFD), un nombre croissant de politiciens et de chefs d’entreprises reconnaissent l’importance du changement climatique pour les institutions financières. La TCFD a été créée en 2015 par le Conseil de Stabilité Financière à l’issue de la COP21 afin de prendre des mesures cohérentes face aux risques financiers liés au climat, à l'usage des entreprises, des banques et des investisseurs, dans l’objectif de fournir des informations aux différents acteurs impliqués dans l’économie des pays concernés.

    Cette initiative prône, entre autres choses, l’augmentation de la quantité d’informations fiables sur l’exposition des institutions financières aux risques et opportunités liés au climat en vue de renforcer la stabilité du système financier et afin de contribuer à une meilleure compréhension des risques climatiques et faciliter le financement de la transition écologique vers une économie plus stable et durable.

    La mobilisation intégrée des entreprises et des institutions financières sur le climat peut inspirer des initiatives similaires pour s'attaquer à d'autres des questions liées au développement durable, telles que la biodiversité. Cependant, la clé de la réussite d’un tel projet repose sur le potentiel d’adaptation des acteurs, qu’il s’agisse des entreprises elles-mêmes ou des politiciens en charge de prendre des décisions plus générales à leur sujet.

    [MOGED]

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0