Mediaterre

   

Compte-rendu side-event: Faire décoller la REDD : défis et opportunités


À l'occasion de la Conférence sur le changement climatique qui se déroule actuellement à Varsovie (Pologne), le Centre de recherche forestière international (CIFOR) a organisé un événement parallèle le 15 novembre sur le thème "Faire décoller la REDD+: défis et opportunités".

Voici le résumé de l'événement préparé par l'Institut international pour le développement durable [notre traduction] : 

Cet événement parallèle, animé par Antonio La Viña, Ateneo School of Government, Philippines, visait un échange sur les défis dans la mise en oeuvre des activités sous- nationales REDD+. La Viña a ouvert la session et présenté les avancées en matière de REDD+, en soulignant que la pratique sur le terrain a progressé beaucoup plus vite que les politiques connexes.

Joanna Durbin, Alliance pour le climat, les communautés et la biodiversité (CCBA), a souligné que la REDD doit être abordée comme une opportunité de développement plutôt que comme un service aux autres. Elle a décrit les garanties qui devraient être encouragées et soutenues lorsqu'on entreprend des activités de REDD+. Durbin a conclu que certains défis de REDD+ peuvent être traités par un processus transparent pour aborder les garanties , et que celles-ci , avec d'autres avantages multiples, peuvent transformer la REDD+ en une opportunité pour appuyer les objectifs de développement définis localement.

William Sunderlin, CIFOR, a présenté les résultats préliminaires d'une étude du CIFOR, qui a constaté que les deux principaux défis des initiatives infranationales de la REDD+ sont les régimes fonciers ambigus et la rentabilité défavorable actuelle de la REDD+, notamment : le manque de sources de revenu garanti; la faiblesse des marchés volontaires de carbone forestier; et son incapacité à rivaliser avec les autres utilisations des terres.

Renato Farias, Instituto Centro de Vida (ICV), au Brésil, a donné un aperçu du projet "Cotriguaçu Sempre Verde", dans la région du Mato Grosso, au Brésil. Il a souligné la nécessité de préparer l'équipe de recherche interne en vue de leurs interactions avec les différentes parties prenantes, ainsi que le besoin de travailler séparément avec chacun d'eux afin de produire des résultats concrets et développer une relation de confiance.

Charles Meschak, Tanzania Forest Conservation Group, a partagé l'expérience tanzanienne de la mise en oeuvre de la REDD+. Il a esquissé un certain nombre de défis, soulignant la mise en place d'un modèle basé sur la performance, qui canalise les revenus du marché volontaire directement aux communautés. Il a également souligné la participation de multiples parties prenantes dans la conception et la mise en oeuvre du projet.

Wahjudi Wardojo, The Nature Conservancy (TNC) Indonésie, a présenté le Programme Berau pour le carbone forestier en Indonésie. Notant les pressions et les défis, il a souligné la nécessité de: créer des incitations financières appropriées pour soutenir un développement sobre en carbone; un soutien des agences gouvernementales de district à travers l'assistance technique ; et le renforcement des capacités des ONG et des communautés locales.

 

Source: Institut international pour le développement durable

[COP19-climat]

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2021 Médiaterre V4.0