Mediaterre

   

Alphabétisation en République Démocratique du Congo, la situation est toujours alarmante


La journée internationale de l’alphabétisation (JIA, édition 2017) est célébrée hier à Kinshasa, le 08 Septembre à l’hôtel SULTANI, sous le thème « L’alphabétisation vers un monde numérique ». Plusieurs partenaires techniques et financiers se sont mobilisés pour palper du doigt la  réalité d’analphabétisme dans le pays, et voir comment mutualiser leurs efforts en vue de réduire le taux d’analphabétisme en RDC.

Dans son discours de circonstance, le gouvernement de  la RDC par le biais de son ministre en charge de l’alphabétisation n’a pas hésité de présenter la situation alarmante de  l’analphabétisme dans le pays,  qui pour lui est une préoccupation majeure pour son gouvernement. En effet, 27,1% tel est le taux d’analphabétisme en RDC, 13% pour les femmes et 14% pour les hommes selon une étude menée en 2004 en RDC (Enquête démographique et de santé, EDS 2004) ; en valeur absolue, plus de 71 millions de population du pays, plus de 19 millions d’entre eux sont analphabètes, des personnes qui ne savent ni lire, ni écrire, ni calculer. En outre, 7 millions des enfants dont l’âge varie entre 5 et 17 ans sont non scolarisés et déscolarisés, selon l’enquête sur  les Enfants et Adolescents en Dehors de l’Ecole « EADE », en sigle.

Face à cette situation, le ministre des affaires sociales, actions humanitaires et solidarité nationale, Eugene SERUFULI NGAYABASEKA affirme la  volonté de son gouvernement à mettre en pratique les différentes résolutions et recommandations prises  par  la communauté internationale pour éradiquer l’analphabétisme dans le monde. Parmi lesquelles :

-          L’agenda 2030 pour le développement durable, qui comprend les ODD4 visant à assurer une éducation inclusive et équitable, tout au long de la  vie ;

-          L’alliance mondiale pour l’alphabétisation dans le cadre d’apprentissage tout au long de la  vie ;

-          Les objectifs de l’éducation pour  tous visant la réduction de 50% du taux  d’analphabétisme ;

-          L’atteinte des objectifs du millénaire pour le développement ;

-          La déclaration de BAMAKO 2007, qui consacrait 3% du budget en faveur de l’éducation (alphabétisation) ;

-          La décennie des Nations Unies pour 2003 – 2012 ;

-          La déclaration universelle de droits de l’homme de  1948, dans  son article 26 qui stipule « que toute personne a droit à l’éducation.. ».

Pour le numéro un du ministère, toutes ces recommandations et résolutions sont en étroite relation avec la constitution de la RDC, promulguée le 09 Mars 2006 dans son article 44 qui est consacré à l’éducation.

Quant au Secrétaire général des affaires sociales celui – ci table sur le méfait de l’analphabétisme et le bienfait que procure l’alphabétisation. Il précise à cet effet que, grâce à l’alphabétisation, l’homme peut échapper à la misère qui occasionne l’analphabétisme. Celui-ci est un fléau au même titre que la pauvreté, la faim et la maladie. « L’alphabétisation est une opportunité pour découvrir aussi la  religion, les  écritures  saintes nous interdit l’ignorance » a – t – il ajouté. Elle permet de comprendre la mondialisation et la modernisation. Pour clore son discours, le secrétaire général des affaires sociales présente une autre catégorie des partenaires éducatifs de son sous – secteur. Il s’agit des parents d’élèves. Pour lui, le ministère a initié dans ses centres  de formation, la formation des parents d’élèves ; celui-ci est un groupe important des partenaires qui seront invités aux rencontres de différents niveaux ; raison de plus pour qu’ils soient formés, alphabétisés en vue d’accroître leur participation active et significative dans la gestion et gouvernance du sous – secteur de l’alphabétisation et  éducation non formelle « AENF », en sigle.

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0