Mediaterre

   

Le Canada se rapproche des standards internationaux en matière de conservation


Le 27 février 2018 (Montréal) – L’investissement inédit de 1,3 milliard $ sur cinq ans dans la protection du patrimoine naturel inclus dans le budget fédéral présenté aujourd’hui aidera le Canada à atteindre ses objectifs de protéger un minimum de 10% de ses océans et de 17% de ses terres d’ici 2020. Cet investissement est urgent pour contrer la perte accélérée de biodiversité au pays.

« Nous saluons les investissements dans les aires de conservation et les espèces à risque », affirme Stephen Cornish, directeur général de la Fondation David Suzuki. « Nous espérons que cet argent permettra de créer davantage d’aires protégées pour assurer le rétablissement et la survie de ces espèces. »

Un point fort du budget présenté aujourd’hui est l’engagement d’établir une collaboration entre les provinces, les territoires, les autorités autochtones et le gouvernement fédéral pour la protection du territoire. La Fondation David Suzuki encourage Ottawa à renforcer la capacité de peuples autochtones à conserver des terres et le principe de gouvernance partagée. Ces deux éléments constituent un pas important autant pour la sauvegarde de la nature que pour la réconciliation avec les Premières Nations.

« La nature est une partie importante de notre identité », affirme Stephen Cornish, directeur général de la Fondation David Suzuki. « L’investissement prévu au budget 2018 vient reconnaître l’importance de sauvegarder les espaces naturels dont dépend notre bien-être. Mais le temps presse et nous invitons le gouvernement à accélérer la création d’aires marines et terrestres protégées qui respectent les plus hauts standards de conservation des écosystèmes, tout comme les droits et intérêts des peuples autochtones. »

D’autres mesures encourageantes prévues dans le budget 2018 relatives à la protection de l’environnement :

  • 20 millions $ sur cinq ans pour évaluer l’efficacité des mesures prévues dans le Cadre pancanadien sur la croissance propre et les changements climatiques et identifier les meilleures pratiques ;
  • 1 milliard $ sur cinq ans pour mettre en œuvre les changements prévus dans les lois en matière d’évaluation environnementale du Canada ;
  • 167,4 millions $ sur cinq ans pour mieux préserver et rétablir les espèces de baleines à risque au Canada ;
  • 22 millions $ pour renouveler le Programme d’aquaculture durable pour une période de deux ans, de façon à améliorer son cadre réglementaire. Le renouvellement de ce programme doit mettre l’accent sur la performance environnementale du secteur de l’aquaculture au Canada.
  • Des investissements significatifs dans la recherche scientifique.

« Il est rassurant de constater que ce gouvernement place à nouveau la science au cœur des processus décisionnels », conclut Stephen Cornish.

La Fondation David Suzuki aurait aimé voir des engagements plus ambitieux dans les dossiers suivants :

  • Le gouvernement s’est engagé à éliminer progressivement les subventions aux énergies fossiles d’ici 2025, or le budget 2018 ne fait point de progrès vers l’atteinte de cet objectif.

 

Source: Fondation David Suzuki

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2022 Médiaterre V4.0