Mediaterre

   

" En direct des espèces " : la biodiversité urbaine, enjeu de nature ou de société ?


Par Serge Muller, Professeur du Muséum national d'histoire naturelle, UMR ISYEB, MNHN - Sorbonne Universités, Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) – Sorbonne Universités, Germinal Rouhan, Maître de conférences du Muséum, Botaniste systématicien, Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) – Sorbonne Universités et Philippe Clergeau, professeur en écologie urbaine, Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) – Sorbonne Universités.

Les zones urbanisées représentent plus de 10 % de la superficie mondiale des terres émergées. En France métropolitaine, selon l’Insee, en 2010 près de 22 % du territoire était occupé par des villes qui y concentraient 77,5 % de la population.

Ces espaces ont été fortement modifiés, et leurs écosystèmes dégradés, par les activités humaines : destruction des habitats naturels, remplacement de ces habitats par des bâtiments ou infrastructures de transport, pollution des sols, de l’eau et de l’air.

La « biodiversité urbaine » – espèces animales, végétales et fongiques et micro-organismes présents dans les villes et autres espaces anthropisés – suscite toutefois l’intérêt grandissant des citadins et des pouvoirs publics.

La biodiversité, ce « tissu vivant de la planète », intègre non seulement la diversité des espèces mais aussi toutes les interactions entre ces espèces et avec leurs habitats. Elle colonise tous les milieux, s’y développant spontanément dès qu’elle n’y est pas éliminée par les activités humaines.

Quelles espèces s’acclimatent en ville ?

On peut discerner deux groupes d’organismes qui, ensemble, forment la biodiversité urbaine. Le premier rassemble des espèces indigènes (ou autochtones) de la région, qui trouvent dans les territoires urbains des conditions de vie favorables (constituant la « biodiversité indigène »). Il s’agit parfois d’espèces relictuelles qui profitent de vestiges d’habitats naturels préservés en milieu urbain (aquatiques, palustres, forestiers, etc.).

Ainsi, certaines villes possèdent sur leurs franges des espaces naturels de grande valeur. Par exemple, Strasbourg abrite des forêts alluviales classées en Réserves naturelles nationales, ou Marseille des garrigues en contact avec la ville et situées au cœur du Parc national des Calanques. Il ne s’agit cependant pas réellement de biodiversité urbaine, même si la proximité de la ville induit souvent un appauvrissement de cette biodiversité (dû à la fréquentation humaine, la fragmentation des habitats, l’eutrophisation, les invasions biologiques, etc.)...

Lire la suite de cet article publié sur le site The conversation
 

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0