Mediaterre

   

Nouvelle marée pour le Rio Doce : le retour à la vie du fleuve


Sur le long terme, les entreprises ont tout à gagner à utiliser les ressources naturelles d’une façon qui profite à toute la société. Alors que s’ouvre cette semaine le 8e Forum mondial sur l’eau à Brasilia, Yolanda Kakabadse, présidente du Groupe pour le Rio Doce qui fournira des conseils sur les efforts de restauration, souligne que les efforts pour réhabiliter le bassin versant du Rio Doce au Brésil, suite à la catastrophe minière de 2015, sont un exemple en la matière.

En novembre 2015, la ville de Mariana, Brésil, a été durement touchée par une catastrophe écologique. Le barrage de rétention de déchets Fundão, sur le site de la mine de Samarco, s’est rompu, déversant des millions de litres d’eau, de boue et de débris 650 kilomètres en aval du Rio Doce et finissant sa course meurtrière dans l’océan Atlantique. La rupture du barrage, et les coulées de boue qui s’en sont ensuivies, ont tué 19 personnes et causé d’énormes dommages économiques et sociaux pour les communautés riveraines du Rio Doce ; elles ont également affecté les poissons et la vie aquatique du fleuve. Nous ignorons encore l’étendue des dommages causés à ces écosystèmes critiques et aux ressources hydriques de la région. Cependant, nous savons que cette catastrophe écologique est l’une des plus importantes que le pays ait connue.

Aujourd’hui, le Rio Doce continue à charrier de hauts niveaux de sédiments issus de cette rupture, malgré des efforts continus pour revégétaliser et restaurer les berges du fleuve en amont du bassin versant. Ces sédiments peuvent porter préjudice aux moyens d'existence locaux, à la santé humaine, à des infrastructures comme les usines d’hydroélectricité et de traitement des eaux, ainsi qu’aux écosystèmes.

Les ressources hydriques se mesurent en termes de qualité et de quantité, et le bassin du Rio Doce a perdu les deux. En outre, au moment où le barrage s’est rompu, le Brésil était confronté à l’une des pires sécheresses de ces 80 dernières années, ce qui affectait déjà fortement le milieu naturel et les populations, notamment dans la partie sud-est du pays, où s'écoule le Rio Doce...

Communiqué de l'UICN

Partagez
Donnez votre avis
Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0