Mediaterre

   

AKON LIGHTING AFRICA : ÉNERGIES DURABLES POUR L'ÉLECTRIFICATION PERMANENTE DE L'AFRIQUE


AKON LIGHTING AFRICA : ÉNERGIES DURABLES POUR L’ÉLECTRIFICATION PERMANENTE DE L’AFRIQUE

 

Les frustrations liées au déficit énergétique vécues dans la quasi-totalité des villes et localités en Afrique subsaharienne au quotidien pourraient-elles devenir un souvenir lointain dans un futur proche ? L’initiative « AKON LIGHTING AFRICA » semble avoir cette ambition.

 L’une des manifestations facteurs de la pauvreté en Afrique au sud du Sahara est sans ambages son déficit énergétique. En 2014, la couverture électrique dans cette partie du monde était estimée à 41% par l’Agence Internationale de l’Énergie, contrairement au taux d’électrification de l’Afrique du Nord qui atteint 99%. Cet écart important entre ces deux régions du même continent montre à quel point le mal est profond. Même le Nigeria, la première puissance économique en Afrique, accuse un déficit gargantuesque, avec un taux national d’électrification de seulement 45% laissant sans accès régulier àl’électricité plus de 93 millions de sa population. Certains pays comme la RCA et le Soudan du Sud présentent des chiffres encore plus qu’alarmants, avec respectivement un taux d’électrification national de 3% et de 1%. Face à cet important déficit,  une lueur d’espoir semble se dessiner depuis quelques années.

 Le défi de la fourniture de l’électricité en Afrique subsaharienne 

Fournir de l’électricité à leurs populations est sans doute le ventre mou des politiques en Afrique noire. Pourtant, force est de constater que les problèmes d’accès à l’énergie électrique, aussi bien dans les campagnes que dans les villes sont très loin d’être atténués malgré les plans établis par les institutions nationales ou gouvernementales. Les campagnes sont celles qui en pâtissent le plus, vu que la ville demeure en général le point de chute des quelques réalisations de ces politiques énergétiques. Ainsi, à l’inverse des villes qui bénéficient d’un ravitaillement, soit-il inconstant, en énergie électrique, les zones rurales sont très souvent plongées dans l’obscurité totale. Ceci permet de constater un essoufflement non seulement des politiques gouvernementales face à ces questions, mais aussi des méthodes traditionnelles de production électrique.

 Au Cameroun comme dans nombre de pays, les barrages hydroélectriques ont toujours constitué l’infrastructure de prédilection pour la production de l’électricité. Cependant, bien que produisant une énergie propre cette méthode ne suffit pas à combler les énergétiques. Plus encore, ils sont souvent perturbés par le tarissement de cours d’eau en saisons sèches. De ce fait, les méthodes de production d’énergie à partir des rayonnements solaires s’avèrent salutaires, c’est ce qu’auraient compris de nouveaux acteurs qui œuvrent pour une meilleure couverture énergétique en Afrique.

 

La nouvelle dynamique impulsée par « Akon Lighting Africa »

Le programme Akon lighting Africa est la plus grosse révolution en matière de production d’électricité en Afrique au sud du Sahara. En effet, si les méthodes d’efficacité énergétique ne sont pas une invention d’hier, l’application concrète des moyens alternatifs de production d’énergie à l’instar des panneaux solaires a fait une véritable percée sur le continent avec ce programme. Il s’agit d’une initiative qui voit le jour en 2014 à partir d’une collaboration entre le chanteur Akon, l’entrepreneur malien Thione Niang et Samba Bathily le PDG de l’Organisation Solektra International qui porte ce programme. En 2017, trois ans seulement après sa mise en œuvre, un premier bilan fait état de 100 000 lampadaires solaires installés, près de 3000 mini-réseaux photovoltaïques et plus de 102 000 kits domestiques dans plus de 500 localités réparties dans une dizaine de pays en Afrique, notamment le Niger, le Mali, le Sénégal, le Congo, le Bénin, le Burkina Faso, le Gabon, la Guinée Conakry, la Guinée Equatoriale et la Gambie. Selon Samba Bathily, l’ambition de ce programme est de permettre à 16 millions d’Africains d’accéder à l’électricité d’ici 2020. La durabilité de cette initiative s’observe d’ailleurs, en plus des réalisations déjà impressionnantes, à travers la Solektra Solar Academy grâce à laquelle des formateurs sont dépêchés sur le terrain pour former des équipes locales qui s’occuperont à long terme de la maintenance des équipements. Quoi de plus rassurant que ces actions concrètes, visibles par tous, pour raviver la flamme de l’espoir de vivre un jour dans une Afrique entièrement éclairée ?

 

Sources :

crédit photo : http://akonlightingafrica.com/galerie/?lang=fr

https://thisisafrica.me/fr/2017/03/23/akon-lighting-africa-en-gambie/

https://afrique.latribune.fr/think-tank/entretiens/2017-11-10/akon-lighting-africa-partout-ou-se-manifestera-une-volonte-politique-nous-interviendrons-757500.html

https://www.scidev.net/afrique-sub-saharienne/energie/data-visualisation/faits-et-chiffres-la-couverture-lectrique-en-afrique.html

 

Article de William Doncheu Témagna, Consultant en Développement Durable et Web Rédacteur, sélectionné dans le cadre du projet IJLCC par Houénou Marie-Josée , JFDD

À propos de l'initiative jeunesse

L'initiative jeunesse de lutte contre les changements climatiques a pour objectif de sensibiliser les jeunes francophones aux changements climatiques. Elle permet également de faire connaître les actions et l’engagement de la jeunesse francophone pour lutter contre les changements climatiques sous la forme d’une série d’articles.

[IJLCC]

 

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0