Mediaterre

   

La pollution atmosphérique reste trop élevée dans l'ensemble de l'Europe


Malgré de lentes améliorations, la pollution atmosphérique dépasse toujours les limites établies par l’Union européenne et les lignes directrices de l’Organisation mondiale de la santé, selon des données et informations récentes publiées par l’Agence européenne pour l’environnement (AEE). La pollution atmosphérique continue de représenter un danger pour la santé humaine et l’environnement.

Le transport routier constitue l’une des principales sources de pollution atmosphérique en Europe, notamment en ce qui concerne des polluants nocifs tels que le dioxyde d’azote et les particules, selon le rapport de l’AEE intitulé « Air quality in Europe - 2018 report » [Qualité de l’air en Europe - rapport 2018].  Les émissions issues de l’agriculture, de la production d’énergie et de la consommation d’énergie par l’industrie et les ménages contribuent également à la pollution atmosphérique. Le rapport présente les données officielles les plus récentes sur la qualité de l’air, communiquées par plus de 2 500 stations de surveillance en Europe en 2016.

Autres conclusions essentielles

Particules: Pour les PM2,5 (particules d’un diamètre de 2,5 micromètres ou moins), le pourcentage de la population urbaine de l’UE exposée à ces particules était de 6 % en 2016, contre 7 % l’année précédente. Mais environ 74 % de la population urbaine de l’UE a été exposée à des concentrations supérieures aux limites fixées par les lignes directrices de l’OMS, qui sont plus strictes. On estimait à 422 000 le nombre de décès prématurés causés par l’exposition aux particules PM2,5 dans 41 pays européens en 2015.

Dioxyde d’azote: La valeur limite annuelle pour le NO2 continue d’être largement dépassée dans l’ensemble de l’Europe. En 2016, 7 % de la population urbaine de l’UE vivait dans des zones où les concentrations étaient supérieures à la valeur limite annuelle fixée par l’UE et les lignes directrices de l’OMS, contre 9 % en 2015. L’exposition au NO2 a provoqué quelque 79 000 décès prématurés dans 41 pays européens en 2015.

Ozone troposphérique: Environ 12 % de la population urbaine de l’UE a été exposée à des concentration de O3 supérieures à la valeur cible de l’UE en 2016, ce qui représente une diminution considérable par rapport à 2015 (- 30 %). Ce pourcentage reste néanmoins supérieur aux 7 % enregistrés en 2014. Environ 98 % des citadins ont été exposés à des concentrations supérieures aux limites établies par les lignes directrices de l’OMS, qui sont plus strictes. L’exposition à l’ozone a provoqué quelque 17 700 décès prématurés dans 41 pays européens en 2015.

Communiqué de l'AEE
Télécharger le rapport Air quality in Europe - 2018 (an)

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0