Mediaterre

   

« Non pas un retour en arrière, mais un pas de côté » : quatre questions sur la décroissance


Par Bérénice La Selve pour GaïaPresse

Le mot « décroissance » peut en effrayer certain.e.s, qui y voient la promesse d’un retour à l’âge de pierre. Le 1er mars, les 200 personnes qui ont assisté au colloque organisé par l’Association de la maîtrise en environnement de l’Université de Sherbrooke ont eu l’occasion de démystifier ce concept en prenant part aux conférences et débats. Quatre thèmes principaux ont émergé au cours de la journée.

Pourquoi la société devrait-elle s’engager sur la voie de la décroissance ?

Plusieurs intervenant.e.s l’ont mentionné : notre société est en recherche permanente de croissance, et la santé de notre économie est déterminée par l’évolution du PIB. Cependant la croissance se base sur une augmentation constante de la production, laquelle utilise des ressources naturelles dont les réserves s’épuisent et dont la surexploitation provoque la destruction d’écosystèmes ainsi qu’un réchauffement climatique accéléré. « Il est impossible de produire toujours plus sans dégrader toujours plus la planète », résume Yves-Marie Abraham, professeur en sociologie de l’économie à HEC Montréal.

Il existe une théorie du « découplage » qui propose, par le bais d’une « dématérialisation » de l’économie, de continuer à croître sans produire plus, mais selon lui, bien qu’un « découplage relatif » dû à une augmentation de l’efficacité énergétique des moyens de production soit possible, le « découplage absolu » n’a encore « jamais été observé ».

Les intervenant.e.s s’accordent donc à dire que la croissance, qui est la base de notre système économique actuel, ne peut pas continuer éternellement, et que la sortie de la croissance est une nécessité pour la survie de l’humanité. Serge Mongeau, médecin et écrivain connu pour son travail sur la simplicité volontaire, précise : « Au niveau individuel, la décroissance et la simplicité volontaire sont la même chose, mais au niveau de la société la décroissance implique un changement global de paradigme. » C’est pourquoi les initiatives individuelles pour atteindre la simplicité volontaire ne permettront pas d’atteindre la décroissance sans une action collective de la société entière.

Des activités ludiques lors du colloque. Photo : Paul Labranche

La décroissance doit-elle être imposée également aux pays en développement ?

Il faut admettre que la croissance a apporté toutes sortes de bienfaits aux pays développés, argumente Luc Savard, économiste et professeur à l’université de Sherbrooke  : « il y a 200 ans, 84 % des êtres humains vivaient dans l’extrême pauvreté, ils sont aujourd’hui 10 %. »

Tous et toutes les panélistes sont d’accord : la décroissance passe obligatoirement par la réduction des inégalités sociales. « Qui profite de la croissance, et qui subit les conséquences des dérèglements climatiques ? » interroge Alejandra Zaga Mendez, doctorante en développement durable et chargée de cours en économie écologique à l’Université du Québec en Outaouais. Luc Savard cite les Gilets Jaunes en France comme exemple de l’échec d’un système de taxation visant à réduire la consommation citoyenne d’énergies fossiles tant que les inégalités sociales perçues sont trop importantes. 

Ainsi donc, imposer la décroissance aux pays en développement serait moralement condamnable, dommageable au bien-être de leurs populations, et inefficace d’un point de vue politique.

La décroissance est-elle une récession ?

Le professeur Yves-Marie Abraham lors du 31e Colloque de l’AMEUS « Ralentir pour mieux bâtir : La décroissance, pour une société plus résiliente et équitable? ». Photo : Paul Labranche

Yves-Marie Abraham souligne que l’absence de croissance n’est considérée comme un problème que dans une société de croissance, où elle est perçue comme synonyme de stagnation, voire de récession. Il propose un autre mot pour évacuer la dimension négative de « décroissance » : « A-croissance » ou « post-croissance ». Serge Mongeau exprime le même avis : « la simplicité volontaire n’est pas la privation, mais l’identification de ce qui est important pour nous afin d’y consacrer nos efforts et de cesser de se laisser imposer des pseudo besoins qui nous poussent à consommer plus que la capacité de la Terre. »

Selon Philippe Gauthier, écrivain, chercheur indépendant et communicateur scientifique, une baisse de notre consommation d’énergie est inévitable car d’ici 2050 l’humanité n’aura plus accès à suffisamment d’énergies carbonées pour satisfaire ses besoins actuels, et les énergies renouvelables ne seront pas aptes à les remplacer complètement. Il prévoit donc un retour aux niveaux de consommation des années 70 et, confie-t-il, « je me souviens de la vie à cette époque : on n’était pas en train de sucer des cailloux dans une caverne ».

La décroissance est-elle possible dans notre système politique actuel ?

Plusieurs questions du public portent sur la capacité de la société à atteindre un niveau post-croissance dans le système politique et économique actuel. Serge Mougeau avoue être « assez pessimiste » vis-à-vis de la capacité de l’humanité à transitionner vers une économie post-croissance sans devoir d’abord passer par une phase d’effondrement.

La tentation d’une « dictature verte » est évoquée dans le public. Luc Savard répond : « l’histoire a montré que le gouvernement seul n’est pas apte à comprendre et donc réguler efficacement les besoins des citoyens ». Il cite en exemple l’échec des plans de production en URSS. « Une perte des libertés individuelles n’est pas la solution », conclut-il.

Le mot de « collapsologie », à savoir l’étude de l’effondrement inévitable de la civilisation tel que théorisé par Pablo Servigne et Raphaël Stevens, est plusieurs fois prononcé ; fantasme apocalyptique pour Philippe Gauthier, réalité à plus ou moins court terme pour Serge Mougeau, les avis sont partagés en ce qui concerne l’ampleur et la temporalité de cet effondrement. Une certitude reste cependant : la perspective d’un l’effondrement quel qu’il soit n’est pas souvent débattue lors des conférences et panels sur le développement durable. Cependant elle gagnerait à être mieux étudiée et, elle aussi, démystifiée, car elle fait partie des futurs possibles de l’humanité.

A propos de l’auteure : Bérénice La Selve est travailleuse indépendante dans le domaine de l’environnement ; elle se passionne pour les questions de gestion des matières résiduelles et d’alimentation, et elle a récemment intégré le mouvement Rébellion Contre l’Extinction Québec.

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0