Mediaterre

   

Cameroun : Conserver la biodiversité dans le respect des droits des autochtones


Le ministère camerounais en charge des Affaires sociales (MINAS) et le Fonds mondial pour la nature (WWF, World Wildlife Fund ) viennent de signer une convention de partenariat qui prend en compte les préoccupations et besoins des populations environnantes des zones qui abritent les projets de préservation de l’environnement.

L’événement s’est déroulé dans la salle de conférence du MINAS à Yaoundé, dans l’après-midi du mercredi 10 avril 2019. La délégation gouvernementale était conduite par Pauline Irène Nguene, ministre des Affaires sociales, qu’accompagnait son homologue Jules Doret Ndongo, ministre des Forêts et de la Faune.

Le Fonds mondial pour la nature était représenté par la directrice de la branche camerounaise, Clotilde Ngomba, avec à ses côtés, le responsable Afrique centrale.

Les signataires ont tenu à ce que soit présent le représentant des peuples Bakas, par ailleurs secrétaire général de l’association Sanguia Baka Buma’a Kpode, en abrégé ASBABUK. Ladite association a récemment signé un mémorandum d’entente avec le ministère des Forêts et de la Faune, dans le cadre de la gestion durable des forêts.

Cette initiative entre le gouvernement camerounais et l’ONG créée en 1961, naît dans un contexte où les outils de préservation de la biodiversité, à l’instar des aires protégées pour la faune sauvage, les réserves forestières, ainsi que certaines concessions forestières, sont en général implantés dans les zones d’habitation des peuples autochtones. Ces peuples de la forêt (Baka, Bakola, Bagyéli et Bedzang) dans les régions du Centre, du Sud et de l’Est, « entretiennent des rapports spirituelles avec leurs terres » depuis toujours. Dès lors, il devenait difficile, voire impossible de procéder à la mise en œuvre de programmes et projets dans ces espaces de vie, sans piétiner des droits et autres intérêts vitaux.

La convention de partenariat voudrait donc combiner à la fois la conservation de la biodiversité, le développement local, et les droits individuels et collectifs des populations autochtones.

Un plan d’actions triennal (2019-2021) d’un montant s’élevant à 409 millions de FCFA, a été élaboré à cet effet. Il repose sur trois axes stratégiques : (1) La promotion et la protection des droits individuels et collectifs des populations autochtones en matière de conservation de la biodiversité ; (2) Le renforcement des capacités, la formation et la recherche ; (3) Le renforcement du cadre juridique, stratégique et institutionnel de protection des droits des populations autochtones.

Les activités étant déjà clairement identifiées, planifiées et évaluées, la ministre des Affaires sociales, dans son allocution, a félicité ses collaborateurs pour le travail amorcé, et les a invités à engager dans les meilleurs délais l’exécution du plan d’actions.

[MOGED]

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0