Mediaterre

   

Burkina Faso:lancement des activités de la semaine mondiale d'action pour l'éducation


La coalition Nationale pour l'Education Pour Tous du Burkina a organisé ce lundi 6 mai 2 019 une conférence de presse pour le lancement des activités de la semaine mondiale d'action pour l'éducation.

Ci-dessous la déclaration liminaire lu par le président du Conseil d'administration


Mesdames et Monsieur les journalistes, 


Chers membres du Conseil d’Administration


Distingués invités


Avant toute chose, je voudrais vous inviter à observer une minute de silence en hommage aux enseignants et à toutes les victimes des attaques terroristes.

 

Je vous remercie. Que leurs âmes reposent en paix et que la terre du Burkina

Faso leur soit légère.

 
Mesdames et Messieurs les journalistes


A l’entame ce cette conférence de presse, la Coalition Nationale pour l’Education Pour Tous du Burkina Faso (CN-EPT/BF) condamne avec la plus grande fermeté ces actes lâches et barbares et rend hommage aux vaillants soldats du savoir tombés la craie à la main, dans l’accomplissement de leur mission de bâtir un capital humain au service du développement de la nation burkinabé. 
La CN-EPT/BF condamne les nombreuses attaques terroristes qui ont conduit à des pertes en vies humaines, à des incendies d’écoles et à la fermeture de plus de deux mille (2 000) établissements d’enseignements préscolaires, primaires, post primaires et secondaires avec des centaines d’enseignants affectés et des centaines de milliers d’élèves dans la rue dans les parties Nord et Est du pays. Cette situation, somme toute inacceptable, interpelle l’ensemble de nos consciences individuelles et collectives pour trouver les solutions les plus idoines afin de faire du respect du droit des enfants à une éducation inclusive, équitable et de qualité, une réalité au Burkina Faso et particulièrement dans les zones en proie aux attaques terroristes. 


Au-delà de la lutte armée, menée avec détermination par les forces de défense et de sécurité, la CN-EPT/BF reste convaincue que c’est grâce au sacerdoce de ses fils et filles que le Burkina Faso fera barrage à l’obscurantisme qui l’assaille. 
Elle invite le gouvernement à redoubler d’efforts afin de sécuriser les écoles et les acteurs directs de notre éducation que sont les enseignants et les élèves.

 

Mesdames et Messieurs les journalistes


A l’instar de nombreux pays à travers le monde, le Burkina Faso organise chaque année la Semaine Mondiale d’Action Pour l’Education pour Tous (SMAE). C’est ainsi que la Coalition Nationale Pour l’Education Pour Tous (CN-EPT/BF) avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers, mène une série d’actions de plaidoyer afin d’interpeller les décideurs et les partenaires techniques et financiers mais aussi de sensibiliser les communautés sur la réalisation du droit à une éducation inclusive de qualité pour tous.

 
Mesdames et Messieurs les journalistes


La SMAE 2019 intervient dans une année particulière pour l'éducation. En effet, au sein des Nations Unies, l'objectif de développement durable N°4 relatif à l'éducation en même temps que cinq (5) autres ODDs, à savoir l’ODD 8 (travail décent et croissance économique), l’ODD 10 (réduction des inégalités), l’ODD 13 (action pour le climat), l’ODD 16 (paix, justice et institutions fortes). En outre, l'objectif 17 relatif au partenariat pour la mise en œuvre de l'agenda pour le développement durable sera également examiné, comme cela a été le cas chaque année depuis l'adoption de l'agenda fera l'objet d'un examen au Forum politique de haut niveau au cours du forum de haut niveau des Nations Unies qui se tiendra du 9 au 18 juillet 2019 à New-York.


C’est pourquoi, la Semaine mondiale d'action pour l'éducation (SMAE) 2019 sera principalement axée sur cette question fondamentale du respect du droit à l’éducation.
La SMAE instituée par la Campagne Mondiale pour l’Education est un événement phare qui constitue un grand succès depuis sa création en 2003 pour le mouvement de la société civile œuvrant pour l'éducation. En 2016, l’accent a été mis sur le financement de l'éducation qui est resté un domaine central en 2017 et en particulier en 2018, après la conférence de Dakar sur la reconstitution des ressources. Cette continuité est jugée importante et les nouveaux thèmes devraient donner la priorité aux liens avec les années précédentes. D’où le choix du thème « Faire du droit à une éducation publique inclusive, équitable, de qualité et gratuite, une réalité ». 


La maximisation de l’impact de l’ODD4 passe nécessairement par la prise en compte effective des personnes les plus vulnérables et les plus discriminées (notamment les enfants handicapés, les filles, les orphelins, les enfants hors école) dans les processus éducatifs pour en faire du principe de «personne ne doit être laissée pour compte », une véritable orientation stratégique de notre système éducatif. Il incombe donc à l'État d'assurer une éducation publique gratuite, inclusive et de qualité pour tous. L'éducation des enfants, des jeunes et des adultes handicapés fait partie du programme Éducation 2030 et les questions d'accès, d'égalité, d'équité et d'inclusion ne doivent pas être omises des politiques publiques et des plans du secteur de l'éducation nationale.
De ce point de vue, le choix du thème de la SMAE 2019 permet de placer au cœur de la campagne, la question du financement et de la gouvernance vertueuse de l'éducation qui est essentielle pour réaliser toutes les cibles de l’ODD4 d'ici 2030. Aussi, tout au long de la campagne de la SMAE 2019, un point d’honneur sera mis sur le suivi du budget de l’éducation, la justice sociale et la privatisation de l’éducation à travers le contrôle citoyen. En termes d’obstacles, nous retenons que la croissance et le soutien de l'offre privée d'éducation minent les engagements pris en faveur d'un enseignement public gratuit et inclusif de qualité. Il importe pour ce faire de veiller à ce que l'éducation inclusive soit réalisée et accessible.


Mesdames et Messieurs les journalistes


L'objectif de la Semaine mondiale d'action pour l'éducation de cette année dont les activités seront délocalisées du 22 au 24 mai à Kaya, est de souligner le fait que l'éducation est un droit de l'homme et que nous avons tous le droit de le revendiquer, de l’exercer et de faire pression sur les gouvernants et les organismes internationaux pour qu'ils prennent les mesures financières et autres mesures appropriées pour assurer la réalisation de ce droit. De façon plus spécifique, il s’agira de:


- Faire l’état des lieux du financement de l’éducation et de la mise en œuvre des sept (07) cibles de l’ODD4 au Burkina Faso ;


- Plaider pour une participation effective de la société civile au suivi et à la mise en œuvre de l’ODD4 et de l'Éducation 2030 au niveau national ;
- Formuler des recommandations pour une mise en œuvre effective des sept (07) cibles de l’ODD4 au Burkina Faso.


En plus du thème central de la SMAE 2019, la CN-EPT/BF a retenu comme thème secondaire « l’éducation en situation d’urgence » dans la mesure où l'éducation aux droits de l'homme peut être un moyen de défense contre la montée de la violence, de la discrimination, de l'exclusion et de l'intolérance.
Un autre point qui va guider toutes nos actions est le plaidoyer pour la participation institutionnalisée de la société civile au suivi et à la mise en œuvre de l’ODD4 et de l'Éducation 2030 aux niveaux national, régional et local. Malgré de nombreux engagements en faveur d'une participation collective et inclusive, les organisations de la société civile et les communautés restent exclues de la planification, de la mise en œuvre et du suivi de l’ODD4. 
Ainsi, diverses activités seront-elles mises en œuvre pour l’atteinte de nos objectifs. Il s’agira principalement : 


- De la présente conférence de presse de lancement de la Semaine Mondiale d’Action pour l’Education,


- De la constitution d’un dossier faisant « l’état des lieux du financement intérieur de l’éducation, de la mise en œuvre de l’ODD4 et de la participation effective de la société civile au suivi et à la mise en œuvre de l’ODD4 et de l'Éducation 2030 au niveau national, régional et provincial » ;


- Du retour des élus à l’école qui consistera à faire vivre aux autorités, les réalités quotidiennes et les conditions de travail des élèves, des enseignants et des encadreurs dans la quête d’une éducation de qualité pour tous au Burkina Faso ;


- De l’organisation d’un forum national et de 12 fora régionaux de la société civile pour l’éducation autour du thème « Education en situation d’urgence en situation d’urgence au Burkina Faso et comment y faire face ? ». 


- De la réalisation d’un film documentaire sur l’éducation en situation d’urgence au Burkina Faso ;


- Et de l’organisation d’une Grande cérémonie de plaidoyer


Mesdames et Messieurs les journalistes


La célébration de la Semaine mondiale d’action pour l’éducation intervient également dans un contexte marqué par de nombreux mouvements sociaux qui rythment le front social au Burkina Faso et le secteur de l’éducation n’est pas en reste. 
Pour la Coalition Nationale pour l’Education Pour Tous du Burkina Faso, la légitimité des revendications des enseignants pour de meilleures conditions de vie et d’exercice ne souffre d’aucune ambigüité car l’éducation doit être le socle de notre société. Au-delà de la satisfaction de ces conditions, il est tout aussi impérieux de reconstruire le système éducatif burkinabè tant dans son contenu que dans son fonctionnement afin de lui permettre d’atteindre sa finalité qui est de former des citoyens responsables, capables de contribuer au développement durable de la nation burkinabé.


Etant donnée, la délicatesse de l’éducation, fondement du devenir de toute nation, il devient plus qu’une nécessité pour toutes les filles et tous les fils du Burkina Faso d’aider à la recherche de solutions idoines pour une sortie honorable et durable de cette crise pour toutes les parties prenantes.
La sortie de crise définitive qui permettra à tous les acteurs d’avancer avec sérénité, nécessite une bonne volonté et une flexibilité de part et d’autre. Et pour la CN-EPT/BF, aucun sacrifice n’est de trop lorsqu’il s’agit de l’intérêt supérieur de nos enfants autrement dit nos hommes de demain.

Mesdames et Messieurs les journalistes


Avant de terminer, permettez-moi de traduire nos remerciements à nos partenaires qui ne cessent de se mobiliser chaque année à nos côtés afin qu’ensemble nous puissions plaider pour la cause de l’éducation au Burkina Faso. Il s’agit de : la Campagne mondiale pour l’Education, du fonds de la Société civile pour l’éducation, de ANCEFA, de l’UNICEF, de Light For the World, de Humanité et inclusion, de OXFAM, de Educo, de Aide et Action. Nos remerciements vont également au Ministère de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion de Langue Nationale pour son accompagnement.
Nous n’oublions pas, vous, nos amis de la presse pour votre engagement à nos côtés pour la défense du droit à l’éducation.

Vive l’éducation

Et je déclare lancées les activités de la Semaine Mondiale pour l’Education pour Tous

Je vous remercie


Samuel DEMBELE

 

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0