Mediaterre

   

Le pissenlit, bien plus qu'une mauvaise herbe


Chaque printemps, les pelouses, les bords de chemins et les sentiers se parent d’innombrables petits soleils que plusieurs tentent de détruire, les jugeant indésirables. Reconnaissable à sa fleur jaune, ses graines ornées d’un parachute et ses feuilles échancrées, le pissenlit a pourtant des vertus insoupçonnées.

Les feuilles, la tige et les racines de pissenlit constituent une riche source de vitamines, de fer, de potassium et de polyphénols antioxydants. Consommé en salade ou en jus, le pissenlit renforce le système immunitaire, combat les infections, réduit les risques de maladies cardiovasculaires et de cancer, raffermit la peau et les os, nettoie le foie et ralentit le vieillissement de l’organisme. On lui reconnaît des vertus contre les rhumatismes, l’arthrite et l’arthrose. Une décoction de racines de pissenlit appliquée sur la peau aide à soigner les infections cutanées. À une certaine époque, on cueillait les fleurs de pissenlit pour en faire un vin médicinal et l’on fabriquait même du caoutchouc avec le latex de sa tige.

Le pissenlit joue un rôle écologique de premier plan. Dans la Flore Laurentienne, le frère Marie-Victorin mentionne que le pissenlit «donne vers le commencement de mai la première miellée notable du printemps, fournissant abondamment aux abeilles nectar et pollen». Cette plante vivace nourrit également plusieurs petits mammifères. Sachant que les pissenlits concentrent les polluants et contribuent à la décontamination des sols, cueillez-les sur un terrain non traité par les produits chimiques et à l’abri de la pollution.

En Asie, on attribue à la corne de rhinocéros des propriétés aphrodisiaques. L’engouement pour ce produit est tel que les rhinocéros risquent l’extinction en raison du braconnage et du trafic illégal de leur organe nasal. La corne étant constituée de kératine, ingérer cette substance n’aurait pourtant pas plus d’effet que de se ronger les ongles. Mais les croyances sont tenaces et les rhinocéros en sont victimes.

Pour sauver les rhinocéros, un éminent biologiste a déjà suggéré de répandre la rumeur que le pissenlit aurait des vertus similaires à la corne du grand ruminant. Le pissenlit possède en fait de réelles propriétés médicinales. La facilité avec laquelle il envahit nos pelouses confirme sa capacité de reproduction spectaculaire et la forme de sa racine évoque la corne du rhinocéros. Des qualités soit disant aphrodisiaques. Réhabilitons le pissenlit, et … protégeons le rhinocéros.

 Jacques Prescott

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0