Mediaterre

   

Nouveau-Brunswick : Plusieurs municipalités prennent des mesures pour faire face aux changements climatiques


Après la ville d’Edmundston, Tracadie, Moncton et Bathurst ; la ville de Shippagan ratifie la Déclaration citoyenne d’urgence climatique. Les villes néo-brunswickoises sont conscientes des défis climatiques auxquels font fassent le monde entier et elles le montrent.

Nous avons par exemple les Îles Lamèque et Miscou qui ont décidé de mettre sur pied un nouveau plan rural pour mieux protéger l’environnement.

Selon, Benjamin Kocyla, directeur de la planification et urbaniste à la Commission de services régionaux de la Péninsule acadienne, « une ébauche d’une mise à jour du plan d’aménagement rural des îles Lamèque et Miscou a récemment été envoyée au gouvernement provincial pour révision ».

Judy et Jean-Baptiste Bezeau deux habitants de Miscou, ont entamé leur combat il y a quatre ans déjà, mais les démarches formelles ont commencé en 2018. Préoccupés par les coupes à blanc, la hausse du nombre de bleuetières en développement sur l’île Miscou, ainsi que les conséquences liées à l’épandage des pesticides, ils ont formé avec d’autres citoyens le Comité de sauvegarde de l’île Miscou. En travaillant de près avec l’ancien député de Shippagan-Lamèque-Miscou, Wilfred Roussel, ils ont réussi à convaincre l’ancien gouvernement provincial, de procéder à une mise à jour du plan d’aménagement rural des îles Lamèque et Miscou. Le comité demande qu’on applique des règlements précis à Miscou, dont la fin des coupes à blanc avec déracinage, ainsi qu’une interdiction de développer de nouveaux champs de bleuets sauvages et de camerises sur les terres publiques. Bien que l’ébauche se trouve entre les mains du gouvernement provincial, il sera éventuellement renvoyé à la Commission de services régionaux de la Péninsule acadienne avec des suggestions. Une consultation publique doit avoir lieu par la suite. Elle pourrait avoir lieu vers la fin avril. Par la suite, la CSRPA et le gouvernement provincial doivent prendre note des commentaires avant que le nouveau document soit adopté.

Pendant ce temps, le village de Bas-Caraquet travaille à la création d’une commission de transport. Son rôle sera d’évaluer la faisabilité d’un système de déplacement communautaire partagé.

Ratification à la Déclaration citoyenne d’urgence climatique, nouveau plan d’aménagement rural, transport en commun, toutes ces initiatives sont la preuve de la prise de conscience du changement climatique dans les localités de notre province.

 

Source : Acadie Nouvelle

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0