Mediaterre

   

Burkina Faso: Succès d'une initiative pour l'autonomisation économique des femmes


Selon un rapport de la Banque Africaine de Développement publié le 16 Juillet 2020, le Projet d’appui au développement inétgré de la filière karité pour l’autonomisation économique des femmes (PADIFK), mis en oeuvre entre 2016 et 2019 au Burkina Faso, a bel et bien permis de stimuler les exportations de produits à base de karité provenant d’entreprises dirigées par des femmes.

Le projet PADIFK a été financé à hauteur de près d’un million de dollars par un don du Fond d’assistance au secteur privé africain (FAPA). Il avait pour but l’organisation et la structuration d’au moins 100 entreprises réparties le long de la chaîne de valeur du karité au Burkina Faso, pays d’Afrique de l’Ouest. Cette initiative a permis de favoriser le développement de la filière par une approche intégrée afin de renforcer les capacités des différents acteurs des maillons de la chaîne de valeur, composée à 90% par des femmes. Cette approche s’illustre par la création d’un réseau inter-professionnel et un meilleur accès au crédit des participants auprès des institutions financières. De plus, ce projet a engendré une augmentation forte de la valeur des produits exportés grâce à un élargissement de l’accès au marché. Ainsi, les revenus d’exportations de la filière ont augmenté de près de 10 millions de dollars en trois ans. 

Chaque année, la filière de karité du pays produit 400 000 tonnes d’amandes de karité, désormais organisées en maillons de collecte et production, transformation (notamment en savon et beurre de karité, mais également d’autres produits dérivés, tels que des produits cosmétiques) et distribution, commercialisation et finalement exportation des produits. Les principales destinations de ces produits sont la France, l’Allemagne, la Malaisie et le Ghana pour le beurre de karité, mais également le Danemark, le Togo et l’Inde pour les amandes non transformées.

Au total, 150 000 membres de la filière karité ont bénéficié du PADIFK en 2019, dont 90 % de femmes, ce qui a permis le renforcement des sources d’emplois et une amélioration des revenus tout en promouvant un savoir-faire local. 

 [MOGED]

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0