Mediaterre

   

Les énergies renouvelables peuvent-elles donner aux femmes déplacées par le climat au Bangladesh un nouveau départ?


L'Observatoire des déplacements internes du Bangladesh estime que près de 1,2 million de personnes devraient être déplacées chaque année au Bangladesh en raison de risques climatiques soudains sur le terrain. Sur ce total, près de 86% sont déplacés en raison des inondations. Ces chiffres ne font qu'augmenter. Les femmes et les filles, aux revenus déjà limités dans ces communautés vulnérables, sont encore plus vulnérables dans la société bangladaise, déjà très patriarcale.

Cette situation conduit ainsi les femmes à se tourner vers des usines textiles pour chercher un travail, travaillant souvent de longues heures pour un salaire modique et laissant leurs enfants derrière elles, mais cette source de revenus n’est pas durable car elle empêche les femmes de s’émanciper et aux enfants de recevoir une éducation. Aujourd'hui, alors que ces femmes possèdent les compétences nécessaires pour confectionner et confectionner des vêtements, des draps et autres objets artisanaux, elles ne disposent ni de l'infrastructure ni du capital pour créer de petites entreprises à proximité, qui peuvent fonctionner toute l'année.

L'énergie renouvelable offre le potentiel d'être cet élément d'infrastructure manquant. Bien que le gouvernement du Bangladesh ait mis en œuvre de vastes programmes d'électrification solaire et d'énergie dans des endroits éloignés, cette infrastructure n'est pas pleinement utilisée pour soutenir les communautés marginalisées qui en ont besoin. L'énergie des mini-réseaux solaires sert ici principalement à l'électricité dans les bâtiments résidentiels et publics et à l'alimentation de l'éclairage commercial et des services dans les espaces de marché qui sont traditionnellement interdits aux femmes.

Dans cette optique, le projet EmPower du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) avec ONU Femmes cherche à équilibrer les échelles à cet égard. En plaçant les femmes au cœur des chaînes de valeur des énergies renouvelables, le projet vise à créer des moyens de subsistance résilients au climat pour les communautés vulnérables. Selon une étude récente entreprise par le PNUE et l'Infrastructure Development Company Ltd au Bangladesh, au-delà de l'agriculture, il existe un certain nombre d'opportunités d'utiliser les énergies renouvelables pour renforcer les moyens de subsistance des femmes dans la pisciculture et l'aviculture, le séchage du poisson, les centres de recharge de véhicules, la confection et l’artisanat, l’ élevage, etc.

Cette étude révèle aussi que l'une de ces options consiste à investir dans une source d'énergie propre, fiable et abordable pour faire fonctionner les moteurs et les machines à coudre électriques. Cela peut donner aux femmes déplacées une seconde chance de gérer des unités de micro-vêtements, dans le confort de leur foyer. Dans les sociétés patriarcales du Bangladesh rural, la possibilité pour les femmes de gagner un revenu supplémentaire peut contribuer grandement à faire face aux normes traditionnelles de genre. Pour les communautés déplacées, les moyens de subsistance construits autour de l'énergie solaire comme ceux-ci peuvent augmenter les revenus provenant de sources traditionnelles.

Fournir aux femmes des communautés vulnérables divers moyens de revenus est essentiel pour renforcer la résilience et lutter contre le changement climatique. Pourtant, pour que cela se produise, les fournisseurs de services d'énergie renouvelable doivent faire preuve de créativité sur la façon d'utiliser l'énergie excédentaire là où elle est le plus nécessaire et faire participer les femmes, avec leurs compétences, leurs connaissances et leurs réseaux, à faire partie de la solution.

Crédits Image: Sourab Barua, Unsplash, 27 Octobre 2019, Chittagong, Bangladesh

[MOGED]

Partagez
Donnez votre avis

Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0