Mediaterre

L'homme à l'origine de la transformation de l'écosystème de la forêt tropicale il y a déjà plus de 2500 ans



  • Contrairement à ce qu'on peut penser, l'action de l'homme a, plus que les changements climatiques, été il y a 2600 années à l'origine de la transformation' de l’écosystème de la forêt tropicale. C'est le geoscientifique  de Potsdam, Yannick Garcin, et son équipe qui l'affirme  dans leur rapport rendu février 2018 sur leurs découvertes, dans la revue PNAS. Son instrument de travail, sédiments lacustres prélevés dans le sud du Cameroun a été examiné pour résoudre la vieille énigme de la " crise des forêts tropicales". 

    Tout est parti de ce que le chercheur Garcin, et son équipe internationale de scientifiques de l’UP, CEREGE, IRD, ENS Lyon, GFZ, MARUM, AMU, AWI et du Cameroun soupçonnaient  que d’autres causes, la baisse de la pluviométrie et une augmentation de la saisonnalité des précipitations auraient pu conduire à la transformation de l’écosystème. Ausdi, en reconstruisant indépendamment la végétation et le changement climatique - grâce à l’analyse isotopique stable des cires végétales, fossiles moléculaires conservés dans les sédiments, l'équipe a-t-elle confirmé qu’il y avait un grand changement de végétation durant la crise de la forêt tropicale. Mais a indiqué que cela n’était pas suivi d’un changement dans les précipitations. 

    Garcin affirme même que " la crise de la forêt tropicale est prouvée, mais elle ne peut pas être expliquée par un changement climatique". L'équipe de chercheurs constate par ailleurs que la forêt primitive dense s'est rapidement transformée en savanes il y a environ 2 600 ans, suivie d'une reprise tout aussi brutale de la forêt environ 600 ans plus tard. 

    Scrutant des vestiges d'Afrique centrale, remontant à environ 2 600 ans, il est fortement noté que le nombre de sites a augmenté de manière significative, suggérant une croissance rapide de la population humaine - probablement liée à l'expansion des peuples bantu en Afrique centrale. Cette période a également vu l'émergence de la culture du mil, de l'huile de palme et de la métallurgie du fer dans la région.

    Cette théorie est accréditée par  Dirk Sachse du Centre Helmholtz Potsdam - Centre de recherche pour le centre de recherche pour les géosciences (GFZ), l’un des principaux contributeurs au développement de la méthode d’analyse des  biomarqueurs, les fossiles moléculaires de cire végétales. Il indique que "la combinaison des données archéologiques régionales et de nos résultats des sédiments du lac Barombi montre de manière convaincante que les humains ont fortement impacté les forêts tropicales d’Afrique centrale il y a des milliers d’années et ont laissé des empreintes anthropogéniques détectables dans les archives géologiques."

    Pour en savoir plus

     

     


     

     

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0