Mediaterre

Gestion des déchets hospitaliers : véritable danger pour les populations au Cameroun



  • L'évacuation et le traitement des déchets hospitaliers présentent de graves menaces au cameroun. Faute d'insufissance de structures spécialisées en la matière, ces déchets se retrouvent dans les bacs à ordures au même titre que les déchets ménagers.

    Les spécialistes de la santé classent les déchets hospitaliers en deux groupes notamment le groupe des déchets inoffensifs pour l'Homme et l'environnement et celui représentant un risque infectieux et sanitaire. L'absence ou la vétusté d'infrastructures d'évacuation et de traitement de ces déchets, entrainent le personnel de certaines formations sanitaires à deverser leurs ordures dans les bacs prévus pour les déchets ménagers. Il devient par conséquent fréquent de trouver dans ces bacs, des séringues, du coton, des aiguilles utilisés, et bien d'autres.

    Trois catégories de personnes sont plus exposées aux dangers que représentent ces déchets. Au premier rang, les enfants qui par pure naïveté, voient en ces objets, des jouets qui leur permettent de se mettre dans la peau des médécins. Les fouineurs des poubelles ne sont pas en reste. Ces derniers se ruent dans les bacs sans protection aucune à la recherche d'objets récyclables ou à défaut des vivres pour nourrir leur bête. Les éboueurs bien qu'ayant du matériel de protection, complètent la liste. Pour cause, ils sont exposés à l'inhalation des produits toxiques liquides issus des hôpitaux.

    Cependant, il existe quelques structures de santé qui de manière archaïque et dangereuse, éliminent leurs déchets directement. celles-ci ont aménagé un coin isolé où elles brûlent leurs déchets en plein air. Cette pratique fait l'objet de nombreuses critiques des environnementalistes qui dénoncent son effet dévastateur sur la santé de l'Homme et sur l'environnement. Ils soutiennent que la fumée qui se dégagent de l'incinération de ces produits est riche en dioxines. 

    D'après l'OMS, une forte exposition aux dioxines " peut entraîner des lésions dermiques, la formation des tâches sombres sur la peau, une altération de la fonction hépatique, une dégradation du système immunitaire, du développement du système nerveux". D'autres sources confirment les substances cancérigènes contenues dans les dioxines. Ces dernières, au regard de leur toxicité potentiellement élevée, sont polluants pour l'environnement. 

    Se saisissant du problème, le gouvernement camerounais à travers le Ministère de la santé publique, a élaboré le Projet de Renforcement  de la Perfomance du système de santé. Ce projet prévoit un ensemble de mesures qui permettront une évacuation et un traitement hygiéniques des déchets hospitaliers. 

     

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0