Mediaterre

Journée internationale des droits des filles au Cameroun : Le Cocafe appelle à plus d'améliorations



  • Le 11 octobre dernier se célébrait la journée internationale des droits des filles sous le thème « avec elle : encourager l'instruction et la qualification professionnelle des filles ». Encore une journée pour les femmes serait-on tenté de dire, mais la condition des jeunes filles et des adolescentes dans le monde en général et au Cameroun en particulier mérite que l’on y accorde plus d’attention et d’intérêt. De la privation de leur droit à l’éducation en passant par le mariage précoce, les viols, les grossesses indésirées, les discriminations basées sur le sexe, les violences domestiques, les jeunes filles sont victimes ici et là de nombreuses violations de leurs droits.

    En choisissant ce thème, l’organisation mondiale "ONU femmes" a voulu inviter l’humanité toute entière à se mobiliser davantage pour capaciter les jeunes filles afin qu’elles deviennent de véritables actrices du développement durable.

    Allant dans ce sens, le Comité Camerounais des Femmes Enseignantes Syndicalistes (COCAFE) a organisé une activité de renforcement des capacités des jeunes filles déscolarisées pendant deux jours du 8 au 9 octobre dernier, au siège des syndicats sis au Carrefour "Bout Carré" de Mvog Ada à Yaoundé. Il s’est agi de les former à la création des activités génératrices de revenus. Trois temps forts ont meublé cette rencontre. Trois exposés sur le rôle de la femme dans la société, la nécessité pour elle de jouir d’une autonomie financière et surtout de s’informer leur ont été servis. Une projection sur l'autonomisation des adolescentes destinée à leur présenter des jeunes filles engagées dans des activités génératrices de revenus dans un autre pays a suivi les présentations. Les travaux en atelier au cours desquels les adolescentes ont été initiées à la création, la gestion et le financement d’une activité ont été organisés et menés. 

    La jeune fille est à coup sûr la femme de demain, la former, l'éduquer est former la femme de demain améliorer sa condition. le Cocafe exhorte donc les décideurs à agir un peu plus pour l’épanouissement de la jeune et pour sa contribution de façon significative au développement durable dans sa communauté.

     

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0