Mediaterre

Les initiatives de mobilisation sociale en eau, hygiène et assainissement au Burkina Faso



  • Le texte qui suit a été rédigé en collaboration étroite avec Tyssa Etienne Malbila, ingénieur des travaux génie civil, spécialiste en génie urbain, originaire du Burkina Faso et travaillant dans ce même pays.

     

    La mobilisation sociale en matière d'eau, d'hygiène et d'assainissement (MSEHA) est d'une importance primordiale. Mais pour atteindre les objectifs visés, l'approche utilisée mérite une attention particulière. En effet, toute mobilisation sociale ne peut réussir qu'à travers une approche holistique et participative.

     

    Depuis l'apparition de l'Homme, les activités humaines, économiques, sociales ou culturelles exigent des systèmes hydrauliques souvent forts ingénieux. L'être humain ne peut survivre sans consommer, plusieurs fois par jour, de l'eau saine en quantité suffisante. L'eau, l'assainissement et l'hygiène jouent un rôle essentiel dans le maintien des moyens de subsistance, dans les stratégies de réduction de la pauvreté et dans l'appui au développement économique et social.

     

    Toute intervention dans le secteur de l'eau, de l'hygiène et de l'assainissement génère d'immenses bénéfices dans d'autres secteurs (santé, mortalité infantile, éducation, autonomisation des femmes, sécurité alimentaire) en raison des liens et des interactions qui existent. Les initiatives MSEHA entreprises par les différents acteurs du domaine de l'alimentation en eau potable, de l'hygiène et de l'assainissement (AEPHA) visent à contribuer à un plus grand accès à ces services et à renforcer l'appropriation des ouvrages et des infrastructures par les bénéficiaires.

     

    Au niveau national, régional et local, plusieurs initiatives sont prises pour renforcer la couverture spatiale et temporelle des ouvrages et la mobilisation des populations autour de cette problématique de l'accès à l'eau potable, à l'hygiène et à l'assainissement. Ces interventions sont perçues par les communautés en fonction de leurs habitudes culturelles et  travers les modes de communication qui sont accessibles aux communautés de base.

    Du cadre réglementaire au Burkina Faso

    Avec l'adoption du Programme National d'Approvisionnement en Eau Potable, Hygiène et Assainissement (PN-AEPA), le pays dispose désormais d'un cadre référentiel idéal pour la mise en oeuvre des projets. A cela, il faut ajouter les conventions internationales ratifiées par le Gouvernement burkinabé.

     

    Des structures d'appui technique et financier

    Au niveau national comme au niveau local, différentes sources d'aides sont disponibles et plusieurs études réalisées fournissent un répertoire important (exemple : Water Aid, Oxfam, JICA,...).

     

    Des acteurs locaux impliqués dans la MSEHA

    Il y a :

    D'une part: les collectivités territoriales, les associations et organisations de la société civile, les structures techniques déconcentrées de l'Etat, les troupes d'activités culturelles et théâtrales ;

    D'autre part : les structures privées et les techniciens du domaine.

     

    Des initiatives de mobilisation sociale à retenir

    Pourquoi ces initiatives :

    L'eau potable, l'hygiène et l'assainissement sont des enjeux majeurs de développement socio-économique d'un pays ou d'une région. Sur les questions de mobilisation sociale, les objectifs sont d'identifier les voies et moyens pour:

    *      Les populations utilisent rationnellement les sources d'eau en fonction des besoins domestiques et productifs ;

    *      L'application des nouveaux modes de défection : en quittant les buissons pour les isoloirs en matériaux locaux ou définitifs ;

    *      Le respect des règles d'hygiène des eaux de boissons : de la pompe au verre d'eau, en passant par la jarre.

    Quelques initiatives de mobilisation:

    *      Formation des personnes ressources : point focal eau potable, hygiène et assainissement par localité (quartier, secteur, village) ;

    *      Sensibilisation des populations sur l'appropriation des ouvrages : cela passe par leurs engagements sur des contributions en nature et en espèces;

    *      Utilisation des canaux de communications appropriés pour différents publics : causeries-débats  sur des radios locales (aller très loin, réduire les distances), théâtre forum (exemple : un festival de théâtre est organisé dans la commune de Banfora, Région des cascades), tables rondes;

    *      Documentation : Renseignement des outils de suivi sur la fonctionnalité des ouvrages hydrauliques ;

    *      Financement : Subvention du branchement d'eau, système de  microcrédit  pour appuyer les ménages pour les branchements d'eau à travers un remboursement à tempérament, mutualisation des recettes pour promouvoir la maintenance, gestion partagée et répartition des fonctions entre les différentes acteurs ;

    *      Qualité de l'eau : usage des filtres comme méthodes pratiques pour rendre l'eau potable, les jarres couvertes, à travers l'alphabétisation ;

    *      Mise en place du comité local d'assainissement (autonome et /ou public).

     

    Au vu des éléments ci-dessus, il est indéniable que les initiatives de mobilisation sociale sont nécessaires, car elles abordent les questions du multi-usage des services de l'eau et celles de santé publique.

     

    Le développement social et économique d'une nation tient à la contribution de sa population active et saine, et cela, le Burkina Faso, dont le gouvernement fait du développement humain durable sa priorité, a bien pris la mesure de l'enjeu. En tant qu'acteur de développement, il est nécessaire que des contributions notables soient apportées et de notre avis, cela passe d'abord par la capitalisation des expériences, et ensuite par la démultiplication des bonnes pratiques.

     

    [IEAUGIRE]

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2022 Médiaterre V4.0