Mediaterre

s' adapter ou disparaitre



  • Jadis, situé sur une colline, le village de Kikara exploitait les terres agricoles qui s'y trouvaient, la petite faune sauvage et l'eau de la source naturelle sans avoir besoin des plaines. Les populations ne descendaient de la colline que pour se rendre dans les marchés hebdomadaires ou dans les villages voisins pour des raisons sociales.

    Suite aux années de sécheresse et les effets désastreux des changements climatiques, les populations étaient confrontées à des pertes de plus en plus marquées de terres agricoles sur la colline occasionnant ainsi leur descente dans les plaines. Cette descente des habitants du village était en son temps une réponse à un besoin de terres agricoles mais au fil des années avec les effets cumulés et continus des changements climatiques, les pluies devenaient de plus en plus rares et mal reparties avec son corollaire d'insécurité alimentaire et de pauvreté grandissante. L'alternative pour ces populations était de faire partir les jeunes à l'exode d'une manière saisonnière ou permanente.

     

    En saison sèche, les jeunes filles et garçons aux moyens d'outres (sacs en peau de chèvre) et bidons plastiques parcouraient chaque jour des distances pendant 2 à 3 heures pour apporter quelques litres servant juste à la boisson et une partie à la cuisson des aliments pour la famille. De fin juillet à début novembre, le village utilisait les eaux de surface (eaux de pluies stockées dans des bas fonds) avec tous les risques liés aux maladies

     La pauvreté a créé ainsi la désolation de plus de 1 000 habitants du village de Kikara qui en croyaient presque à la fatalité ; ''s'adapter ou disparaître'' était devenu la triste réalité du village de Kikara.

     La Near East Foundation (NEF) intervenant dans la zone depuis plus d'une vingtaine d'années et spécialisée dans l'adaptation aux Changements Climatiques a entrepris avec les habitants du village une réflexion sur les solutions possibles d'adaptation ; l'existence de la source naturelle d'eau permanente sur la colline nourrissait l'espoir d'aménagement pour rendre disponible cette eau par système gravitaire.

     Avec le soutien financier de l'Agence Suédoise de Développement International (ASDI) à travers le Reso Climat-Mali,, la NEF a aidé le villages de Kikara situé à 35 km de Douentza, à trouver de nouvelles solutions à leurs problèmes d'eau à travers l'installation avec succès d'un système gravitaire de captage des eaux de la source naturelle.

    Le système consiste à capter l'eau de la source, de la protéger, de la drainer jusqu'au village situé plus bas, en passant par des ouvrages intermédiaires (réservoir pour casser la pression et stocker l'eau) sans autre source d'énergie (moteur, solaire, ou autre).

    Avec un débit de 26 m³ par jour (mesuré en début de saison sèche en mars 2010), les réalisations ont consisté à mettre à la disposition des populations par système gravitaire une adduction d'eau qui a permis de desservir deux bornes fontaines pour la boisson humaine, un bassin d'abreuvement des animaux, deux lavoirs et un bassin de maraîchage avec un système de distribution d'eau par canalisation reliant une douzaine de bassins secondaires régulièrement repartis. à travers un périmètre maraîcher d'une superficie d'un hectare.

     

    Ces réalisations qui paraissaient pour les populations au début comme un rêve, ont contribué à :

     

    -          Améliorer la sécurité alimentaire et augmenter les revenus avec l'exploitation du périmètre maraîcher ;

    -          Développer des activités génératrices de revenus avec le gain de temps surtout les femmes ;

    -          Augmenter les revenus moyens des ménages de plus de 30% avec la vente de produits maraîchers ;

    -          Améliorer de façon significative la santé et hygiène avec la réduction des maladies liées à l'eau ;

    -          Réduire l'exode des jeunes du village de plus de la moitié.

     Le caractère innovant de cette expérience (l'eau est conduite de la source aux usagers par simple système gravitaire) a retenu l'attention des autorités locales et motivé d'autres villages disposant de sources, à adresser des demandes à la NEF pour la réalisation d'ouvrages similaires dans leurs villages.

     

     

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2021 Médiaterre V4.0