Mediaterre

Zones et populations en insécurité alimentaire au Sahel et en Afrique de l'Ouest: analyse du Cadre Harmonisé



  • Tel que rapporté dans la fiche d'analyse du Cadre Harmonisé:

    « La campagne agricole et pastorale 2014-2015 a été caractérisée par de nombreux épisodes secs en début de campagne. Les pluies utiles ont été enregistrées à partir de la mi-juillet avec une meilleure répartition spatio-temporelle en août et septembre. Toutefois, des déficits pluviométriques prononcés ont persisté dans la partie ouest du Sahel (Mauritanie, Sénégal, Gambie et Guinée Bissau). Dans ces zones, des baisses importantes de production sont attendues. Dans le reste de la région, les productions agricoles attendues seraient moyennes à bonnes.

    Sur le plan pastoral, la soudure a été prolongée à cause du retard dans le démarrage des pluies et des épisodes secs de début de saison qui n’ont pas permis le développement satisfaisant de la biomasse, occasionnant une perte d’embonpoint et, par endroit (Niger, Mali, Tchad), une mortalité du bétail. La reprise des pluies en juillet a permis une amélioration des pâturages et des points d’eau en fin de saison.

    Globalement, les marchés sont bien approvisionnés et les prix des denrées alimentaires, tant pour les céréales que pour les cultures de rente, sont inférieurs à ceux de l’année passée à la même période mais similaires à la moyenne des 5 dernières années. Les prix du bétail sur les marchés sont généralement en hausse d’au moins 15% par rapport à la moyenne des 5 dernières années.

    L’insécurité au Nord du Mali, au Nord-Est du Nigeria, en République centrafricaine, au Soudan et au Sud Soudan a généré des mouvements de populations, des perturbations de la transhumance et des flux transfrontaliers. Cette insécurité affecte la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations en augmentant la pression sur les ressources locales. La propagation de l’épidémie d’Ebola (Liberia, Sierra Leone, Guinée) impacte négativement la situation alimentaire des ménages dans les zones les plus touchées ainsi que les moyens d’existence des populations pauvres et très pauvres des zones limitrophes (Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau, Côte d’Ivoire).

    Ces conditions mettent de nombreuses zones de la région sous-pression. De plus, quelques zones en Gambie, Guinée-Bissau, Sénégal et au Tchad, sont en crise. Cette situation pourrait se dégrader d’ici mars 2015 si aucune intervention n’est mise en œuvre, notamment au Sénégal, en Mauritanie, au Burkina Faso, au Niger et au Tchad. (...) »

    Source: CILSS.bf

     

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2022 Médiaterre V4.0