Mediaterre
   

Cameroun: Bilan de la filière rizicole en 2012



  • C'est une révélation faite ce 21 octobre par le Dr. Madeleine Tchuinte, Ministre de  la Recherche Scientifique et de l'Innovation (MINRESI). Au cours de la cérémonie d'ouverture du 3ième Congrès du Riz en Afrique 2013, au Hilton hôtel à Yaoundé. Pendant ce temps, d'après les données du Département de l'Agriculture des États-Unis (USDA) et la l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), le Cameroun produit 160 000 à 170 000 tonnes de riz par an. Une céréale pourtant très consommées (comme vivre alimentaire et bouillie) dans les familles camerounaises.

    Cette forte dépendance du Cameroun à l'importation annuelle du riz pour combler le déficit de sa production et nourrir ses 20 millions d'habitants environs est insoutenable pour un pays qui présente autant d'atouts (le climat, la terre, les hommes et l'expertise) favorables à la production en quantité industrielle de la céréale qui absorbe d'importants fonds du pays. Pourtant, le pays de Paul Biya a mis sur pied des organismes en charge de développer la culture du riz : la Société d'Expansion et de Modernisation de la Riziculture de Yagoua (SEMRY) dans la Région de l'Extrême-Nord et l'Upper Nun Valley Development Authority (UNVDA) dans le Nord-Ouest. Bien plus, de manière globale, d'après la Ministre camerounaise, " les importations africaines de riz représentent le tiers de l'ensemble du commerce mondial ".

    Ces assises scientifiques se tenant du 21 au 24 octobre au Cameroun réunissent entre autres les experts nationaux et internationaux, les ONG du secteur agricole, des associations de riziculteurs autour du thème : " La science rizicole au service de la sécurité alimentaire à travers le renforcement de l'agriculture familiale et l'agro-industrie en Afrique ". L'objectif du congrès organisé par le Centre du Riz pour l'Afrique (AfricaRice) étant manifestement d'accroître le soutien à la recherche et à la vulgarisation dans le secteur rizicole et renforcer la sécurité alimentaire à travers le continent. Et Mme Tchuinte de terminer son propos : " Les décideurs politiques de l'Afrique attendent de vous des stratégies clairement définies pouvant leur servir de boussole pour le renforcement de la production agricole er de la sécurité alimentaire, à l'instar des pays asiatiques ".

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0