Mediaterre
   

Phyllis Omido, parcours d'une combattante pour de l'air pur au Kenya



  • Dans le village d’Owino Uhuru au sud du Kenya, un combat juridique de cinq ans contre une fonderie en bordure d’un bidonville, accusée de provoquer des fumées toxiques et de contaminer l’eau et le sol a abouti à sa fermeture. La personne à l’origine de la mobilisation est Phyllis Omido, habitante du village. Les véhémentes revendications de la kényenne lui ont valu le surnom de « Mama Moshi » (« mère fumée » en swahili) ; surnom qui symbolise sa lutte acharnée pour des meilleures conditions de vie pour hommes, femmes et enfants oubliés du bidonville. 

     En 2007, plusieurs personnes et notamment des enfants, tombent malades et sont conduits de gravité à l’hôpital. Les tests révèlent du plomb dans le sang des bébés car le lait maternel est contaminé. Cent en meurent. Mais la clôture de la fonderie en 2014 n’aurait pas été possible si Mama Oshi n’avait pas initié une campagne de sensibilisation auprès des habitants, souvent illettrés et craintifs de perdre leur travail si l’usine fermait. Ainsi, grâce au soutien de la communauté, Mama Oshi a pu résister aux intimidations. 

     Cependant, le risque d’empoisonnement par l’eau et le sol est encore d’actualité depuis la fin de l’activité de la fonderie. Les enfants se promènent pieds nus sur un sol encore contaminé et les habitants du bidonville continuent à s’approvisionner en eau de la rivière où l’usine déversait ses eaux usées parce qu’ils n’ont pas le choix. Le besoin, la pauvreté et l’ignorance font que cette population reste vulnérable au danger de contamination. Mais, le combat de Phyllis Omido, qui a aujourd’hui quitté le bidonville d’Owino Uhuro, n’a pas été en vain puisqu’il a servi d’exemple pour d’autres communautés au Kenya où dix-sept autres fonderies ont été fermées. Phyllis Omido est à l’origine du Centre de la justice, de la gouvernance et de l’action environnementale chargé de protéger les intérêts environnementaux des communautés menacées. En 2015, elle remporte le prix Goldman pour l’environnement.

    Source : Charlotte Simonary, « Phyllis Omido, du plomb dans l’air des pollueurs », Terra eco

    [MOGED]

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0