Mediaterre

L'agrandissement du Parc du Mont-Orford ne fait pas l'unanimité



  • L'agrandissement du Parc du Mont-Orford, proposé par le Ministre du développement durable de l'environnement et des parcs du Québec, Claude Béchard, suscite des réactions. Le Ministre a annoncé, le 6 avril dernier que la superficie du Parc national serait doublée, mettant en réserve plus de 5000 hectares de terrains privés situés au pied de la montagne. Du même souffle, le ministre annonçait aussi le dépôt prochain d'un projet de loi portant sur la vente de terrains à vocation récréotouristique situés dans la montagne, à l'intérieur des limites de l'actuel parc national. Ces terrains doivent éventuellement être achetés par un groupe de promoteurs immobiliers.

    Selon la coalition SOS Parc Orford, la perte de terrains dans la montagne au profit de terres basses entraînera une perte au plan écologique, un argument aussi soutenu par une quinzaine de professeurs en biologie dans une lettre envoyée au Premier ministre Jean Charest. La Centrale des syndicats nationaux de l'Estrie (CSN) a aussi réaffirmé qu'elle s'opposait à ce projet et apporté son soutient à la coalition. Elle invite par ailleurs les promoteurs à prouver leurs prétentions que leur projet pourrait entraîner la création d'emplois dans la région. Par ailleurs, certaines personnes possédant des terrains devant faire l'objet de l'agrandissement sont aussi mécontentes de la façon dont elles se trouvent expropriées. Les terres mises en réserve par le gouvernement pour éviter la spéculation représentent une quinzaine de propriétés privées.
    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2021 Médiaterre V4.0