Mediaterre

OCEANA DÉPLOIE UN SYSTÈME PIONNIER DE DÉTECTION DES PARTICULES MICROSCOPIQUES DE PÉTROLE BRUT DANS LE GOLFE DU MÉXI



  • Des centaines de capteurs placés entre la surface et 2 000 mètres de profondeur détermineront la présence et la concentration en hydrocarbures toxiques autour de la plateforme Deepwater Horizon

    Les résultats du système conçu par le docteur Jeff Short seront analysés par un laboratoire indépendant et diffusés dans un mois

    L'organisation internationale de conservation marine Oceana a mis en place une série de stations de mesure de la pollution par les hydrocarbures toxiques autour des installations de la Deepwater Horizon de BP dans le golfe du Mexique. Ce projet novateur permettra de détecter la présence de particules microscopiques et invisibles de dérivés de pétrole dans les eaux qui bordent la plateforme où s'est produite la catastrophe. Il permettra également d'analyser la couche d'hydrocarbures qui a été découverte il y a plusieurs semaines et qui se dirigeait vers le sud-est du golfe à une profondeur de plusieurs centaines de mètres.

     

    L'équipe de scientifiques qui participe à l'expédition menée par l'océanographe Xavier Pastor à bord de l'Oceana Latitude a consacré deux semaines à la mise en place et à la récupération du système de mesure. C'est un spécialiste de la pollution par le pétrole Dr. Jeff Short, qui a concu le projet. Cet ancien chercheur avait été mandaté par le Gouvernement des États-Unis pour effectuer le suivi des effets des rejets de l'Exxon Valdez lorsqu'il faisait partie de l'agence américaine chargée de l'étude de l'océan et de l'atmosphère (la National Oceanic and Atmospheric Administration ou NOAA). Il a également participé à l'étude sur les conséquences de la catastrophe du Prestige en Galice.

     

    Aujourd'hui directeur scientifique d'Oceana pour le Pacifique, Jeff Short mène actuellement une campagne contre le développement de nouvelles exploitations pétrolières offshore en Alaska. Il explique que " aucune entité n'a mis en place de système de capteurs comme celui d'Oceana même si l'utilisation d'agents dispersants a fragmenté les particules de pétrole brut pour les rendre invisibles. Une fois les mesures analysées, nous obtiendrons des données fiables concernant la pollution effective de la zone. Vingt ans après la catastrophe de l'Exxon Valdez en Alaska, des zones côtières et de pêche sont toujours affectées. Or les déversements de la Deepwater Horizon sont bien plus graves ".

    A bord du Latitude, l'équipe de chercheurs d'Oceana a installé des centaines capteurs de mesure verticale repartis tous les 100 mètres, de la surface à plus de deux mille mètres de profondeur. dans dix-sept endroits du golfe,. Après avoir laissé les capteurs en mer prélever les données pendant cinq jours, l'équipage du bateau d'Oceana les a récupérés et les a transmis à un laboratoire spécialisé indépendant. Celui-ci effectuera les analyses qui permettront de déterminer les niveaux de pollution par les hydrocarbures toxiques dans la zone qu'occupait la plateforme de BP ainsi qu'au nord et à l'ouest de celle-ci. . Les résultats seront retransmis dans environ quatre semaines.

    Pour Xavier Pastor, directeur exécutif d'Oceana en Europe et responsable de l'expédition, " la recherche réalisée par l'équipe dirigée par mes collègues Jeff Short et Susan Murray est l'un des projets les plus importants et les plus ambitieux de tous les projets menés par Oceana dans le golfe du Mexique. La campagne a débuté début août et se poursuivra pendant deux mois. Ces mesures seront complétées par des immersions à plusieurs endroits dans le golfe effectuées par des plongeurs d'Oceana et par les robots sous-marins qui peuvent se rendre à 300 mètres et à 700 mètres respectivement ".

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0