Mediaterre

Au Conseil de l'Arctique, les États-Unis signent l'accord sur les sauvetages



  • Par MacKenzie C. Babb
    Rédactrice

    Washington - La secrétaire d'État Hillary Rodham Clinton s'est jointe aux représentants des sept autres États membres du Conseil de l'Arctique pour signer un accord sur les opérations de recherche et de sauvetage dans cette région, le premier accord juridiquement contraignant de l'histoire du Conseil.

    L'Accord sur la coopération en matière de recherche et de sauvetage aéronautiques et maritimes dans l'Arctique " coordonne une couverture et une réaction maritimes et aéronautiques internationales de secours entre les États arctiques sur une superficie d'environ 33 millions de kilomètres carrés ", indique le département d'État dans une note documentaire.

    Celui-ci ajoute que l'accord " améliorera les opérations de recherche et de sauvetage dans l'Arctique en engageant toutes les parties à coordonner les secours nécessaires aux personnes en détresse et à coordonner entre elles l'organisation de ces opérations ".

    Signé le 12 mai pendant la réunion ministérielle du Conseil de l'Arctique à Nuuk (Groenland), l'accord définit les zones circumpolaires où chaque État membre assumera la responsabilité de réagir aux incidents réclamant une opération de recherche et de sauvetage. Selon le département d'État, les parties à l'accord ont décidé que cette aide serait accordée " quelle que soit la nationalité ou la condition des personnes qui en auraient besoin ".

    Lors d'une conférence de presse donnée le 12 mai à Nuuk avec la ministre des affaires étrangères du Danemark Lene Espersen, Mme Clinton a déclaré que l'accord était " un exemple du travail collectif que peut accomplir le Conseil en vue de réaliser des changements positifs ". Le département d'État a souligné l'importance de ce document qui est, selon lui, l'aboutissement " de l'une des négociations les plus fructueuses à cette date sur les problèmes qui se présentent au sujet de l'Arctique ".

    Mme Clinton était accompagnée du ministre des affaires intérieures et des domaines, Ken Salazar, et de la secrétaire d'État adjointe pour les affaires océaniques, environnementales et scientifiques mondiales, Kerri-Ann Jones. Signe de l'importance des questions relatives à l'Arctique, a indiqué le département d'État, la participation de Mme Clinton à la réunion ministérielle de Nuuk était une première : aucun secrétaire d'État américain n'y avait auparavant assisté en personne.

    Outre l'officialisation de l'accord sur les opérations de recherche et de sauvetage, la réunion du 11-12 mai s'est soldée par la création d'un secrétariat permanent, qui doit avoir son siège en Norvège, et par l'établissement de critères pour l'admission de nouveaux observateurs au Conseil. Le groupe a également annoncé les résultats de deux études scientifiques sur le milieu ambiant arctique et a créé un groupe de travail chargé de négocier les mesures à prendre en matière de préparation et de réaction aux déversements pétroliers dans l'ensemble de la région.

    Les États membres du Conseil de l'Arctique sont le Canada, le Danemark, les États-Unis, la Finlande, l'Islande, la Norvège, la Russie et la Suède. Qualifiant ce conseil " d'instance intergouvernementale prééminente de cette région ", Mme Clinton a réaffirmé le profond attachement des États-Unis aux travaux du groupe.

    " Dans toutes ces discussions, nous avons immensément bénéficié de la sagesse et de la détermination des participants permanents du Conseil ", a-t-elle déclaré, ajoutant qu'en tant qu'État arctique, les États-Unis attribuaient une importance considérable à ce dossier régional.

    Les articles du site "IIP Digital" sont diffusés par le Bureau des programmes d'information internationale du département d'Etat.
    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2022 Médiaterre V4.0