Mediaterre

Vers la catastrophe!



  • Lors de la présentation de son mémoire sur le projet de loi no 43, Loi sur les mines, le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ) a partagé les résultats de sa dernière enquête quantitative et géographique. Il y a démontré que l'expertise gouvernementale en ressources minérales était rarissime, qu'elle ne suivait pas l'évolution du " boum minier " et que certains postes de spécialistes risquaient d'échouer à des généralistes.

    Avec 23 mines actives, 37 projets miniers de développement et de mise en valeur et des centaines de sites d'exploration, l'activité minière connaît une augmentation fulgurante dans le Nord-du-Québec, sur la Côte-Nord et en Abitibi-Témiscamingue. Toutefois, les spécialistes de l'État qui s'occupent de l'application des lois et des règlements y sont presque absents. Pour faire le juste travail, ils ne sont que cinq techniciens en ressources minérales - dont aucun sur la Côte-Nord - 27 techniciens en eaux et assainissement (inspecteurs en environnement), quatre enquêteurs en matières frauduleuses et un inspecteur en hygiène publique (pour tout le Québec). Il est impressionnant de savoir que, dans le Nord-du-Québec, là où se retrouvent plus de 90 % des projets miniers, il n'y a pas d'inspecteur en environnement.

    (Lire la suite...)

     

    Source: SFPQ 

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0