Mediaterre

Mesures pour protéger les baleines noires dans le golfe du Saint-Laurent



  • OTTAWA, le 28 mars 2018 – Le gouvernement du Canada est préoccupé par la mort des baleines noires de l’Atlantique Nord — une espèce en voie de disparition. C’est la raison pour laquelle nous mettons en œuvre des mesures visant à aider à protéger les baleines noires de l’Atlantique Nord dans le golfe du Saint-Laurent.

    L’an dernier, un nombre sans précédent de baleines noires de l’Atlantique Nord a trouvé la mort dans le golfe du Saint-Laurent. Afin de protéger ces baleines contre des préjudices supplémentaires, le gouvernement du Canada met en place des mesures urgentes dans le golfe du Saint-Laurent. Ces mesures incluent la fermeture de la pêche du crabe des neiges dans la zone pour réduire au minimum les empêtrements dans les engins de pêche, l’augmentation de la surveillance, et la mise en œuvre d’une mesure de ralentissement pour les grands navires afin d’éviter les collisions. Aujourd’hui, l’honorable Dominic LeBlanc, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne, et l’honorable Marc Garneau, ministre des Transports, ont annoncé plusieurs nouvelles mesures visant à aider à protéger en 2018 cette espèce extrêmement menacée.

    Après une consultation exhaustive cet hiver auprès de partenaires, d’experts, d’intervenants et de groupes autochtones, les mesures suivantes seront mises en place en 2018 :

    • Entre le 28 avril et le 15 novembre, une limite de vitesse obligatoire à un maximum de 10 nœuds sera imposée aux navires d’une longueur minimale de 20 m, lorsqu’ils naviguent dans l’ouest du golfe du Saint-Laurent. La zone de limite de vitesse pourrait être ajustée au besoin.
    • Les navires pourront se déplacer aux vitesses normales dans certaines parties de deux voies de navigation au nord et au sud de l’île d’Anticosti lorsqu’il n’y aura pas de baleines dans le secteur. Une limite de vitesse obligatoire à 10 nœuds pour une partie des voies de transport maritime sera en vigueur pendant 15 jours lorsqu’une baleine noire de l’Atlantique Nord y sera repérée. Cette période pourra être prolongée au besoin.
    • La saison de la pêche au crabe des neiges dans le sud du golfe sera ouverte plus tôt (dans la mesure du possible) et fermera plus tôt, et toutes les flottes de la zone 12 commenceront en même temps. Tout l’équipement de pêche du crabe des neiges devra être retiré de l’eau au plus tard le 30 juin 2018, soit deux semaines plus tôt que d’habitude.
    • On mettra en œuvre des zones de gestion des pêches et des fermetures temporaires et fixes là où des baleines noires ont été observées.
    • L’interruption de toute activité de désempêtrement des baleines noires est levée à la suite d’un examen des risques encourus et des avis fournis par les experts. Pêches et Océans Canada s’engage à octroyer 1 million de dollars par an pour appuyer les groupes d’intervention auprès des mammifères marins, ce qui correspond à une augmentation significative par rapport aux années précédentes.
    • Pour la pêche semi-hauturière dans la zone de pêche du crabe 12, le nombre de casiers est réduit par rapport à 2017.
    • La surveillance aérienne et en mer sera accrue afin de pouvoir repérer les baleines.
    • Pour certaines pêches, les exigences de délivrance de permis stipuleront que les pêcheurs doivent assurer un meilleur suivi des cordages et des bouées, et doivent obligatoirement signaler la perte d’engins.
    • Une exigence de déclaration sera ajoutée à tous les permis de pêche commerciale pour indiquer que toutes les interactions avec des mammifères marins doivent être signalées.
    • Les bateaux de pêche du crabe des neiges doivent désormais augmenter la fréquence de rapport sur leurs activités sur l’eau au moyen du système de surveillance des navires de Pêches et Océans Canada (MPO) pour assurer la conformité aux nouvelles mesures.

    Une responsabilité commune

    Le gouvernement du Canada a pris note des préoccupations soulevées par les collectivités, les pêcheurs et l’industrie du transport maritime en ce qui concerne les répercussions de la limite de vitesse imposée aux navires et les mesures de gestion des pêches dans le golfe du Saint-Laurent. La protection des baleines en voie de disparition au Canada contre des préjudices supplémentaires est une responsabilité commune qui pèse lourdement sur chacun d’entre nous.

    Ces nouvelles mesures visent à protéger ces baleines en voie de disparition contre d’autres préjudices, et à réduire au minimum les pertes économiques éventuelles pour les économies locales. Ces mesures pourraient être modifiées au besoin au cours de la saison.

    De plus, Pêches et Océans Canada travaille pour officialiser un protocole de désempêtrement qui lui permettra de lever la suspension temporaire actuelle sur tous les désempêtrements de baleines noires. Cela dit, il est très important que dans toutes les modifications proposées, la sécurité des équipes de sauvetage et des fournisseurs de services tiers demeure notre priorité absolue.

    En plus de ces investissements et mesures, le budget de 2018 du gouvernement comprend 167,4 millions de dollars sur cinq ans pour contribuer à la protection et au rétablissement d’espèces de baleines en voie de disparition au Canada, notamment l’épaulard résident du Sud, la baleine noire de l’Atlantique Nord et le béluga de l’estuaire du Saint-Laurent. Des fonds sont destinés à des activités scientifiques pour aider à mieux comprendre les facteurs qui influent sur la santé des populations de baleines, et à des mesures visant à aider à réduire les menaces découlant des activités humaines.

    Faits en bref

    • En 2017, 12 baleines noires de l’Atlantique Nord sont mortes dans le golfe du Saint-Laurent. La population totale est d’environ 450 individus, dont approximativement 100 femelles en âge de reproduction.
    • Des menaces diverses et complexes, comme les collisions avec des navires, les empêtrements dans les engins de pêche, la disponibilité des proies, l’augmentation des niveaux de bruit et la pollution de l’eau, ont des répercussions sur de nombreuses populations de baleines, notamment l’épaulard résident du Sud, la baleine noire de l’Atlantique Nord et le béluga de l’estuaire du Saint-Laurent.

    Source : Pêche et Océan Canada

    Crédit photo : NOAA

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2021 Médiaterre V4.0