Mediaterre
   

La Méditerranée face au défi climatique



  • Le changement climatique à l’œuvre exacerbe les vulnérabilités environnementales spécifiques au bassin méditerranéen, selon un récent travail qui a analysé des centaines d’études scientifiques sur le sujet 1. Le géographe et écologue Wolfgang Cramer, co-auteur de cette publication, précise le contour des problèmes déjà existants, le rôle préoccupant du réchauffement et les enjeux que cela pose pour la science et la gouvernance régionale.

    Quelles sont les vulnérabilités environnementales qui fragilisent les régions méditerranéennes ?

    Wolfgang Cramer  : La Méditerranée et ses pays riverains ne constituent pas un milieu plus fragile que d’autres. Mais ce hot-spot de la biodiversité - où vivent de nombreuses espèces spécifiques -, également haut lieu d’histoire, de civilisation et de culture, est soumis aujourd’hui à une expansion très soutenue de la présence et des activités anthropiques. L’urbanisation effrénée, la satisfaction des besoins élémentaires, la multiplication des activités et échanges économiques exercent une intense pression sur les terres et la mer, sur les ressources, les milieux naturels et les modes de production. Les conséquences sont déjà très perceptibles : risque de diminution de la biodiversité et altération des écosystèmes, épuisement des ressources marines et hydriques, et pollution délétère au plan environnemental et sanitaire.

    Dans ce tableau, le changement climatique se distingue nettement des autres facteurs de vulnérabilité. Au-delà de son impact propre, il peut en effet amplifier la portée de tous les autres.

     

    En quoi le changement climatique les exacerbe-t-il ?

    W. C. : Une des premières conséquences attendues du changement climatique dans la région - et pour une fois tous les modèles climatiques convergent dans le même sens -, c’est la réduction drastique des précipitations. S’ajoutant au réchauffement qui accroit l’évaporation, elle va encore restreindre la disponibilité hydrique dans les milieux naturels comme pour les activités humaines. De même, le réchauffement a un impact sanitaire direct par la multiplication des épisodes de canicule et indirect en favorisant la diffusion septentrionale de pathogènes et de vecteurs de maladie.

    Et au-delà de la montée globale du niveau des océans, qui menace 150 millions de personnes dans la région, le réchauffement risque aussi d’avoir des effets considérables sur l’océanographie physique. Le bassin de la Méditerranée est en effet peu profond, et la chaleur, en se transmettant à toute la colonne d’eau, pourrait perturber les courants marins et déstabiliser davantage les écosystèmes océaniques…

     

    Quels sont les enjeux pour la science et les politiques ?

    W. C. : Le premier est de développer la collaboration régionale entre scientifiques, puis entre scientifiques et décideurs, car aucun pays ne peut agir efficacement seul face à un tel problème. À l’évidence, il y a aussi un fort déséquilibre dans les capacités de recherche, d’observation et d’adaptation autour des effets du changement climatique, entre le nord et le sud du bassin. Le développement des connaissances et des capacités de recherche dans les pays du Sud est une priorité scientifique, pour laquelle l’expérience de l’IRD s’avère précieuse. Depuis 2015, le réseau scientifique Mediterranean Experts on Climate and Environmental Change (MedECC), regroupant 400 spécialistes de 27 pays méditerranéens, s’est structuré en ce sens. Avec le soutien de l’ Union pour la Méditerranée 2, le Plan Bleu 3 et de nombreuses autres institutions, il vise à fédérer les recherches sur le sujet dans tout le bassin. Son objectif est de produire, d’ici 2021, un grand rapport scientifique sur l’ensemble des risques, puis de susciter le débat auprès des décideurs méditerranéens, voire d’en faire approuver les conclusions.

    Notes :

    1. Wolfgang Cramer, Joël Guiot, Marianela Fader, Joaquim Garrabou, Jean-Pierre Gattuso, Ana Iglesias, Manfred A. Lange, Piero Lionello, Maria Carmen Llasat, Shlomit Paz, Josep Peñuelas, Maria Snoussi, Andrea Toreti, Michael N. Tsimplis & Elena Xoplaki. Climate change and interconnected risks to sustainable development in the Mediterranean, Nature Climate Change , 22 octobre 2018 

    2. Institution intergouvernementale réunissant 43 pays dont le but est de promouvoir le dialogue et la coopération dans la région euro-méditerranéenne

    3. Projet de développement et de protection de l’environnement en mer Méditerranée

    Source : IRD

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0