Mediaterre
   

Le Costa Rica: un pionnier ambitieux dans la lutte contre le changement climatique



  • Le Costa Rica a une nouvelle politique climatique ambitieuse, mais il n’interdit pas les combustibles fossiles pour autant. Le Costa Rica évolue vers la neutralité carbone plus rapidement que tout autre pays au monde. Le président du Costa Rica, Carlos Alvarado, a récemment annoncé un plan visant à faire de son pays le premier pays neutre en carbone au monde d'ici 2021. Pour ce faire, le gouvernement ne prévoit pas d'interdire l'utilisation des combustibles fossiles, mais prévoit de les éliminer progressivement grâce à de nouvelles politiques et incitations afin qu'à terme, elles deviennent inutiles.

    Un objectif de neutralité carbone permet la combustion du charbon, du pétrole et de l'essence, à condition que leurs émissions de gaz à effet de serre soient compensées ailleurs. Ces compensations peuvent provenir de la plantation de forêts, d'une meilleure gestion des terres, etc. Mais en visant la neutralité carbone d'ici 2021, le petit pays d'Amérique centrale signale qu'il veut battre les pays plus grands et plus riches dans leur quête environnementale. Par exemple, le Royaume-Uni envisage d'atteindre zéro émission nette d'ici 2050. Les Pays-Bas envisagent un objectif similaire. L'Allemagne espère réduire ses émissions de 95% mais est en passe de rater ses objectifs pour 2020. Comme on le voit, les objectifs du Costa Rica en matière de changement climatique sont ambitieux, agressifs et difficiles.

    Abritant 4,8 millions d'habitants, le Costa Rica a longtemps dépassé son poids en matière de politique et d'action en matière de changement climatique et a produit de nombreux dirigeants qui ont promu des politiques environnementales agressives et progressistes sur la scène internationale. L’ancien Président José María Figueres a siégé au Groupe consultatif du Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon sur le changement climatique et l’énergie. Sa sœur cadette, Christiana Figueres, a dirigé la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, le groupe qui a convoqué l'accord de Paris sur le climat de 2015. Aujourd'hui, la quasi-totalité de son électricité provient de sources renouvelables, dont 80% proviennent de l'hydroélectricité. Le Costa Rica peut s'alimenter pendant des mois à la fois en utilisant uniquement des énergies renouvelables, pendant un temps record de 300 jours avec des sources propres en 2017. Ainsi, lorsqu'il s'agit d'écologiser son économie, le Costa Rica a une longueur d'avance enviable.

    Pourtant, même avec cette avance précoce, le Costa Rica a eu du mal à atteindre ses objectifs. En 2008, il a décidé de devenir neutre en carbone d'ici 2021, mais les objectifs ont ensuite été repoussés à 2085 en 2015 lors des négociations de l'accord de Paris sur le climat. Désormais, la nouvelle administration rétablit l'objectif précédent de neutralité carbone d'ici 2021 et se concentre sur les transports, l'un des plus gros contributeurs au changement climatique dans le monde représentant les deux tiers des émissions dans le pays. En utilisant des incitations pour des véhicules plus propres, en particulier des voitures électriques, le gouvernement vise à franchir la dernière ligne droite de la décarbonisation. Cependant, ces dispositifs nécessitent de nombreux coût et des contraintes financières auxquels le pays doit encore faire face.

    D'autres pays ont également du mal à trouver un équilibre entre les contraintes financières du monde réel et la réduction de leurs émissions, mais le Costa Rica va plus loin et plus vite que la plupart des autres, c'est donc un pays important à surveiller et à apprendre dans la lutte contre le changement climatique.

    Crédits image: Cosmic Timetraveler, Unsplash, 27 Janvier 2020

    [MOGED]

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0