Mediaterre
   

En téléchargement : nouveau rapport d'OXFAM sur les émissions de CO2 dans l'UE



  • Communiqué de presse – Oxfam France - le 8 décembre 2020

     

    Émissions de CO2 dans l’UE : en baisse pour les citoyens les plus pauvres, en augmentation pour les 10 % les plus riches

    Dans une nouvelle étude publiée ce jour, Oxfam révèle que la réduction des émissions de l’Union européenne (UE) depuis 1990 résulte d’une baisse des émissions des Européens à revenu faible et intermédiaire, tandis que les émissions des 10 % les plus riches ont augmenté.

    Cette étude montre que la lutte contre les inégalités en matière d’émissions de CO2 est à la fois essentielle pour atteindre le nouvel objectif climatique de l’UE pour 2030 – dont les dirigeants européens vont discuter cette semaine – mais aussi pour assurer une reprise économique rapide, équitable et durable après la pandémie de COVID-19.

    Le rapport « Combattre les inégalités des émissions de CO2 dans l’Union européenne » s’appuie sur des recherches menées avec l’Institut de l’Environnement de Stockholm (SEI), portant sur les émissions liées à la consommation de la population, selon différentes catégories de revenus, entre 1990 et 2015. Au cours de cette période de 25 ans, alors que les émissions liées à la consommation ont diminué de 12 % et que les inégalités économiques se sont creusées dans l’UE, le rapport indique que :

     

    • Les 10 % des citoyens européens les plus riches sont responsables de plus d’un quart (27 %) des émissions de l’UE, soit autant que la moitié la plus pauvre de la population de toute l’UE. Les 40 % d’Européens ayant des « revenus moyens » sont quant à eux responsables de 46 % des émissions et les 1 % les plus riches de 7 % des émissions.
    • La moitié la plus pauvre de la population européenne a réduit ses émissions de près d’un quart (24 %), et les citoyens « à revenus moyens » de 13 %. En revanche, les 10 % des Européens les plus riches ont augmenté leurs émissions de 3 %, et cette augmentation atteint 5 % chez les 1 % les plus riches.
    • Pour maintenir le réchauffement planétaire à 1,5 °C, l’empreinte carbone des 10 % d’Européens les plus riches devrait être divisée par dix d’ici 2030, et celle du 1 % les plus riches devrait être 30 fois moins élevée qu’aujourd’hui. Quant à l’empreinte carbone des 50 % les plus pauvres, elle doit être réduite de moitié. 

     

    Pour Armelle Le Comte, responsable du plaidoyer climat à Oxfam France : « Dans l’UE, ce sont les Européens les plus pauvres qui ont réduit leurs émissions de CO2, alors que les plus riches ont eux augmenté leurs émissions. Désormais, chacun doit prendre sa part de l’effort pour parvenir aux réductions plus importantes qui sont nécessaires au cours de la prochaine décennie. »

    « Les inégalités en matière d’émissions de CO2 risquent de mettre à mal l’atteinte des objectifs climatiques de l’Europe si les dirigeants européens n’adoptent pas une approche commune pour réduire les émissions et lutter contre les inégalités. Le mouvement des Gilets jaunes nous a montré à quel point les politiques climatiques peuvent s’enliser si elles ne reposent pas sur des principes d’équité et de justice sociale ».

    Le rapport révèle aussi de fortes inégalités en matière d’émissions à l’intérieur des États membres de l’UE, mais aussi entre ces pays. Les 10 % de citoyens les plus riches d’Allemagne, d’Italie, de France et d’Espagne (soit quelque 25,8 millions de personnes) sont collectivement responsables du même volume d’émissions que l’ensemble de la population de 16 États membres de l’UE réunis (soit environ 84,8 millions de personnes).

    Cependant, en raison des inégalités croissantes et de la dépendance au charbon, les 10 % de citoyens les plus riches de Pologne (soit quelque 3,8 millions de personnes) – un pays relativement plus pauvre du continent – sont responsables de plus d’émissions que la population entière de pays comme la Suède (qui compte environ 9,8 millions d’habitants) ou la Hongrie (environ 9,9 millions d’habitants).

    En 2020, et avec seulement 1 °C de réchauffement planétaire, la crise climatique a provoqué des inondations dévastatrices au Niger et en Chine, des vagues de chaleur dans toute l’Europe, des ouragans meurtriers en Amérique centrale et des incendies de forêt sans précédent en Australie et aux États-Unis. Personne n’est à l’abri de ces phénomènes, mais ce sont les populations les plus pauvres et les plus marginalisées qui sont les plus durement touchées.

    Oxfam appelle l’UE à se servir du « Green Deal européen » pour lutter contre les inégalités, réduire les émissions et stimuler la reprise économique après la crise du COVID-19.

    Pour Armelle Le Comte : « Un objectif climatique ambitieux pour 2030, associé à un Green Deal européen équitable, aidera l’Europe à rebondir après la crise du COVID-19, grâce à des économies plus durables et plus résilientes qui fonctionnent pour tout le monde. Le Green Deal européen peut cibler les émissions des citoyens les plus riches tout en bénéficiant directement aux Européens à faible revenu, en investissant par exemple dans la rénovation des logements et les transports publics.

    « La France doit prendre sa part de responsabilité, notamment dans le cadre de la future loi issue des propositions de la Convention citoyenne sur le climat. A la lumière des révélations de ce rapport, le gouvernement doit prendre des mesures ambitieuses pour réduire les émissions de gaz à effet et investir dans les services publics et les secteurs sobres en carbone. Ce sont les conditions sine qua non pour faire face à la crise climatique et enrayer le creusement des inégalités », conclut Armelle Le Comte.

    LIENS : 

     Lien vers le rapport en PDF 
     Pour en savoir plus sur OXFAM FRANCE 
     Source de l'information

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2021 Médiaterre V4.0