Mediaterre

Développement urbain durable, le Burkina Faso à l'école du Cameroun



  • Dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de Développement Durable de Ouagadougou phase 2 (PDDO 2), une mission d’études composée des responsables Burkinabè et conduite par M. TOGUYENI Youmandia Djibril, Directeur Général de l’Agence Municipale des Grands Travaux du Burkina Faso (AMGT) a séjourné au Cameroun du 24 au 29 mai 2022. Il a été question au cours de ce voyage d’étude de s’imprégner des bonnes pratiques des communes urbaines du Cameroun dans les choix technologiques pour la construction des chaussées revêtues ainsi que l’organisation et l’entretien des voiries dans le cadre du projet C2D intitulé « Capitales Régionales ».

    Il y a quelques années, la Banque Mondiale avait financé une étude en vue de la « Construction de chaussées en béton de ciment au Cameroun ». Cette étude avait fait une large analyse des technologies routières durables, les avait comparées sous divers angles et concluait que le meilleur choix dans les pays en développement était le béton compacté au rouleau (BCR). Les chaussées revêtues à base de bitume nécessitant beaucoup plus d’attention et de suivi que celles à base de béton de ciment. Le projet du C2D Urbain intitulé « Capitales Régionales » s’est donc appuyé sur cette étude pour réaliser le programme de réhabilitation et de construction des voiries des villes de Bafoussam, Bertoua et Garoua dans cette technologie. Les villes de Bamenda et Maroua vont suivre de manière imminente. D’où l’intérêts des responsables Burkinabè (une dizaine de cadres venus du ministère des infrastructures et de désenclavement, de la Commune de Ouagadougou et de l’Agence municipale des grands travaux) qui se sont rendus entre autre dans la ville de Bertoua. La ville a été choisie pour la similitude du sol avec celui de Ouagadougou : latérite avec des zones de cuirasse latéritique affleurant. Ils ont ainsi pu apprécier l’expérience de construction et de l’entretien des chaussées revêtues de béton compacté au rouleau qu’ils pourraient répliquée dans la capitale de leur pays.

    Il faut relever que le Projet PDDO 2 du Burkina Faso se rapproche du Programme C2D Capitales Régionales mis en place au Cameroun, dans ce sens qu’il vise à accompagner et intensifier un développement territorial équilibré de la Commune de Ouagadougou en favorisant la mobilité et l’émergence de centralités secondaires, en cohérence avec le Plan d’Occupation des Sols (POS) et le « Schéma de principe de circulation du centre-ville de Ouagadougou », élaborés sous maîtrise d’ouvrage de la Commune en 2011 et 2012 sur financement AFD. Il s’agit de désenclaver des quartiers périphériques et d’améliorer les conditions de vie des habitants par l’aménagement de 12 km de voiries structurantes (bitumage, drainage, éclairage, plantations, arrêts de bus). Il est aussi question de développer trois quartiers parmi les sept identifiés par le POS ayant vocation à devenir des centralités secondaires dans un effort de déconcentration de la ville à travers la création et le renforcement d’équipements publics, l’aménagement de voiries, le drainage, etc. 

    A l’issue de cette visite les parties camerounaises et burkinabè ont convenues d’initier des axes de collaboration entre la Direction Générale des Services Techniques Municipaux (DGSTM) de la Commune de Ouagadougou et les Services Techniques Municipaux de la Communauté Urbaine de Yaoundé.

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2022 Médiaterre V4.0