Mediaterre

Eau

   

ONU : l'Afrique de l'Ouest reste fragilisée par l'insécurité, les changements climatiques et une gouvernance défaillante



  • En dépit de cycles électoraux couronnés de succès dans plusieurs pays de la région, l’Afrique de l’Ouest et le Sahel continuent de vivre sous la triple menace du terrorisme, des changements climatiques et d’une gouvernance défaillante, a déclaré, cet après-midi, devant le Conseil de sécurité, le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWA), M. Mohamed Ibn Chambas.

    Dans le bassin du lac Tchad, en dépit des gains obtenus par les Forces armées nigérianes et la Force multinationale mixte, la faction « Province d’Afrique de l’Ouest de l’État islamique » de Boko Haram continue de nuire, en particulier dans le sud-est du Niger, a prévenu le haut fonctionnaire, venu présenter au Conseil le dernier rapport du Secrétaire général sur les activités du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS).

    Les six membres du Conseil qui se sont exprimés aujourd’hui ont unanimement condamné ces agissements, M. Chambas rappelant que les attentats-suicides de Boko Haram commis par des femmes sont de plus en plus nombreux et que pratiquement un attentat sur cinq l’est désormais par des enfants. 

    De plus, les conflits violents opposant éleveurs nomades et agriculteurs sédentaires ont gagné en fréquence, en intensité, en complexité et en étendue « dans l’ensemble du Sahel », analyse le rapport, qui fait en outre mention de « la menace croissante que font planer les groupes armés transfrontaliers et la criminalité transnationale organisée », du fait de la « défaillance » des institutions étatiques et de la fourniture erratique des services publics.

    Face aux chiffres alarmants de la situation humanitaire –45 millions de personnes en danger dans le bassin du lac Tchad, dont 2,3 millions de déplacés, et 6,9 millions en crise alimentaire au Sahel– le représentant de la Côte d’Ivoire a insisté sur la mutualisation des efforts afin de trouver des solutions.  Aussi a-t-il plaidé pour que le recalibrage de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel soit couronné de succès, une demande également appuyée par son homologue de l’Éthiopie.

    C’est dans la perspective de ce recalibrage que l’UNOWAS a développé un « Plan des Nations Unies d’appui au Sahel » pour mobiliser des ressources en faveur des 10 pays récipiendaires de la Stratégie, a rappelé M. Chambas.  D’après le Secrétaire général, ce Plan vise à les aider « à stimuler la croissance au moyen de l’investissement économique, à promouvoir le capital humain et la résilience, à améliorer les services de base et à consolider les efforts de paix et de gouvernance ».

    Au cours des six derniers mois, s’est cependant réjoui le Représentant spécial, la région est restée sur sa trajectoire positive d’élections démocratiques, comme en Guinée, en Gambie et en Sierra Leone, même si elles ont parfois été émaillées de tensions.  Son Bureau, a-t-il indiqué, suit de très près les prochaines échéances électorales en Mauritanie, au Nigéria et au Sénégal.

    Se félicitant des efforts de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour faciliter une transition pacifique au Togo, où la crise politique a provoqué la suspension des législatives prévues à la fin de cette année, M. Chambas a précisé qu’aux côtés de cette organisation sous-régionale, l’UNOWAS œuvre, comme au Nigéria, à la création d’une architecture de paix propre à offrir une approche systématique et inclusive de la prévention, de la gestion et du règlement des conflits.

    Si l’abolition récente de la peine capitale au Burkina Faso et au Bénin constitue un signe encourageant, plus que jamais la communauté internationale doit continuer à presser les États de créer un environnement favorable aux libertés d’expression et de réunion, a ajouté le Représentant spécial.  Une demande d’autant plus justifiée que le mécontentement populaire s’aggrave dans la région, comme en témoignent les manifestations souvent violentes et réprimées de manière parfois musclée par les forces de sécurité.

    Compte rendu de l'ONU
    Télécharger le rapport du Secrétaire général sur les activités du Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0