Mediaterre
   

Martinique : La question des relations entre les peuples caribéens, au cœur du premier FSC



  • jeudi 6 juillet 2006
    par Gotson Pierre


    Schoelcher (Martinique), 6 juil. 06 [AlterPresse] --- "La question des relations entre les peuples caribéens est au cœur" du premier Forum Social Caribéen, suivant le constat effectué par le Comité d’initiative martiniquais.

    Le thème a été soulevé lors de l’inauguration officielle, dans la soirée du 5 juillet, de ce forum qui dure jusqu’au 9 juillet en Martinique en présence d’environ 300 personnes, dont des délégations de plusieurs pays de la Caraïbe, en particulier Haïti, la République Dominicaine, Cuba, Porto-Rico, la Dominique, la Guadeloupe, Ste-Lucie, la Barbade et Trinidad.

    Des invités issus du Venezuela, de l’Uruguay et de pays européens ayant des partenaires dans la Caraïbe prennent part également au forum.

    Illustrant la question des relations entre les peuples de la Caraïbe, Philippe Pierre-Charles a exprimé la volonté des mouvements sociaux de Martinique de se solidariser à la cause d’une vingtaine de travailleurs saint-luciens menacés d’expulsion à la fin de leur contrat de travail.

    "Ils vont manifester avec nous samedi prochain (8 juillet)", lance Pierre-Charles à l’assistance, qui lance des slogans en faveur de la solidarité.

    Pierre-Charles assure que cette "manifestation caribéenne anti-colonialiste et anti-impérialiste" dans les rues de la capitale martiniquaise, sera une première dans l’histoire de ce Département Français d’Amérique.

    Revenant sur les refus essuyés auprès des consulats francais par des demandeurs de visas inscrits au forum, le syndicaliste fait remarquer que "(...) la drogue peut circuler (...), mais les Caribéens ne peuvent pas circuler dans la Caraibe".

    « C’est un scandale », qui prouve que « nous sommes dans un système colonial » en Martinique, souligne-t-il.

    Durant les 3 jours du forum, les participants abordent "les inégalités dans la Caraïbe et dans le monde, les périls écologiques, les soi-disant traités de libre commerce ou de libre-exploitation, la discrimination contre les femmes, les problèmes des peuples autochtones, le racisme, le colonialisme, l’impérialisme, des plans et manœuvres militaires des Etats-Unis dans la région", précise le syndicaliste.

    Répétant le président vénézuelien Hugo Chavez, Pierre-Charles croit que 2 alternatives s’offrent au monde : "ou bien on renverse la domination des multinationales, ou bien la survie de l’humanité est en danger".

    Une meilleure Caraibe est possible, ajoute-t-il, seulement à condition que les Caribéens soient déterminés à lutter pour l’épanouissement de la région. [gp apr 06/07/2006 16:00]



    Gotson Pierre [AlterPresse - Haiti]
    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2022 Médiaterre V4.0