Mediaterre
   

Pêche : de plus en plus de pays choisissent de bloquer les navires transportant des prises illégales (FAO)



  • Alors que la communauté internationale célèbre ce mardi la première journée mondiale consacrée à la lutte contre la pêche illégale, non déclarée et non règlementée (INN), de plus en plus de pays ont décidé de rejoindre un accord mondial visant à mettre un terme aux activités de pêche illégale, s’est félicitée l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

    Selon les estimations, un poisson pêché sur cinq serait affecté par cette pêche illégale, avec un coût annuel de près de 23 milliards de dollars.

    La date d'aujourd'hui a été choisie car elle coïncide avec l'anniversaire de l'Accord relatif aux mesures du ressort de l'Etat du Port (PSMA), entré en vigueur en 2016. Il s’agit du premier accord international contraignant à cibler la pêche illégale, non déclarée et non réglementée. A ce jour, 54 Etats, ainsi que l'Union européenne, sont devenus parties de l'accord et nombreux sont ceux à avoir déjà commencé à mettre en œuvre ses dispositions.

    « Les parlements de nombreux autres pays sont en passe de ratifier l'accord. J'aimerais féliciter tous ces pays et inviter les autres à rejoindre cette initiative mondiale afin d'éradiquer la pêche illégale. Pour que le PSMA soit effectif, nous avons besoin de tous les pays », a précisé José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, lors d'un événement parallèle organisé en marge de la 159ème session du Conseil de la FAO pour célébrer la journée mondiale.

    Le PSMA tend à décourager les navires qui souhaiteraient exercer des activités illégales, en leur refusant l'accès aux ports et donc en les empêchant de décharger leurs prises et de bénéficier des services portuaires. L'accord empêche également les produits provenant de la pêche INN de parvenir jusqu'aux marchés nationaux et internationaux.

    Un nouvel élan pour lutter contre la pêche illégale

    Selon la FAO, pour la première fois, on observe une volonté croissante de mettre un terme à la pêche INN, avec notamment la mise en place d'une série d'instruments internationaux qui permettront de rapprocher la communauté internationale de cet objectif.

    « Nous avons tous les instruments nécessaires pour réaliser notre objectif mais nous avons également besoin de l'implication de tous les gouvernements et de l'ensemble des principaux acteurs du secteur », a souligné M. Graziano da Silva.

    Près de 10% de la population mondiale dépend directement de la pêche pour ses moyens d'existence et, pour de nombreux pays en développement, le poisson est la denrée alimentaire la plus commercialisée. Le secteur de la pêche fournit également des emplois pour les jeunes et les femmes, mais la pêche illégale menace gravement la durabilité de cet important secteur socio-économique.

    La pêche INN a un impact négatif sur les moyens d'existence, les stocks de poissons et l'environnement. Elle est aussi souvent liée à d'autres activités illégales, telles que le trafic de produits stupéfiants et d'armes, la traite des personnes, l'exploitation des travailleurs et même l'esclavage.

    La pêche INN menace également les progrès accomplis en vue de parvenir à une gestion durable des pêches, soit l'un des Objectifs de développement durable.

    La FAO travaille à la réalisation d'un programme mondial de développement des capacités afin d'aider les pays à mieux surveiller leurs flottes et à mieux contrôler les navires étrangers qui se rendent dans leurs ports. Il s'agit également d'améliorer la surveillance des zones côtières de manière à pouvoir garantir la durabilité des ressources halieutiques dans les eaux de ces pays.

    Communiqué de l'ONU
    Communiqué de la FAO

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2022 Médiaterre V4.0