Mediaterre
   

Le défi du changement climatique aux Comores



  • En l'espace d'une décennie, les habitants de la région ont remarqué une hausse des températures et la levée du brouillard en raison de la disparition des arbres, coupés pour être transformés en bois d'oeuvre et en bois de chauffage. La région s'est asséchée à mesure que les sécheresses se prolongeaient et que la situation se dégradaient. Des pluies plus courtes mais plus irrégulières, frappant des pentes de plus en plus dénudées et escarpées, lavaient les cultures et la terre arable fertile en direction de la vallée, vers les rivières et l'océan Indien étincelant.

    En raison des conditions météorologiques de plus en plus imprévisibles et de l'érosion continue des terres agricoles, très peu d'agriculteurs peuvent maintenant gagner leur vie en faisant pousser des bananes. Abdu Hamid, le fils de Mahmoud Hamidoune, âgé de 31 ans, est dans cette situation : il a vu le rendement de ses cultures chuter d’un tiers au cours des dix dernières années. « La forêt de bananiers était si dense que les arbres ne faisaient que grimper », dit-il. « Désormais, il faut dépenser beaucoup d'argent et recourir aux engrais, et pourtant ils meurent. »

    Certains aliments largement disponibles dont dépendaient les villageois ont complètement disparu, comme le taro, un légume-racine qui poussait dans la forêt. Les denrées de base telles que la patate douce sont devenues rares à cause de maladies qui ont également ravagé les poivrons et les aubergines qui poussent désormais une seule fois par an contre plusieurs fois auparavant. Il est impossible de faire pousser des tomates qui peuvent uniquement être achetées dans les villes...

     Lire l'article de l'ONU Environnement 

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0