Mediaterre
   

Le rôle des femmes dans la protection forestière : l'exemple de la région de Kaffrine au Sénégal



  • Alors que le Sénégal a perdu quelque 675 000 hectares de forêt entre 1990 et 2005, le taux de déforestation du pays n'a augmenté que de 5 pour cent depuis les années 1990. La déforestation est principalement le résultat du défrichage pour le bois de feu, le charbon de bois. C’est le cas de la région de Kaffrine, une région du Sénégal située au nord de la Gambie, où de nombreuses familles dépendent du charbon de bois. La déforestation y a fait des ravages sur les habitants.

    En 2016, la région a été ravagée par de fortes inondations pendant l'été. Les fortes pluies avaient toujours été courantes à Kaffrine pendant les mois d'été, mais 2016 a apporté un niveau d'inondations jamais vu depuis des décennies. Les inondations ont détruit ou endommagé près de 1.500 habitations. En outre, les eaux de crue ont balayé les récoltes, ce qui a fait perdre aux agriculteurs leurs moyens de subsistance pour l'année, ce qui a eu des conséquences dévastatrices dans une région où l'agriculture est la principale source de revenus. Les experts ont affirmé que la déforestation pourrait avoir été en partie responsable des inondations et que le reboisement pourrait être la clé pour éviter des catastrophes similaires dans les années à venir.

    Cependant, alors que la déforestation se poursuit au Sénégal, les femmes de Kaffrine ont créé leur propre mouvement afin de sauver ce qui reste de la forêt. L’Association Forestière des Femmes a ainsi ouvert la voie et rien qu'en 2018, l'organisation a planté plus de 500.000 arbres à Kaffrine. L'un de ses objectifs est de faire revivre plusieurs types d'arbres fruitiers présents traditionnellement sur le territoire et qui se sont raréfiés dans la région avec la disparition des forêts.

    Outre le travail de reboisement, qui fournit des emplois à de nombreuses femmes au sein de l'Association Forestière des Femmes, les femmes ont joué un rôle déterminant dans le développement de sources de revenus alternatives en plus de la production de charbon de bois avec, par exemple, le développement de jardins potagers et de l’horticulture, ainsi que l’exportation des produits excédentaires dans toute la région, et même dans la capitale, Dakar.

    Ces progrès sont dus en partie à l’appui du deuxième projet de gestion durable et participative de l’énergie des Nations Unies (PROGEDE 2) au Sénégal. Dans le cadre du PROGEDE 2, les femmes de Kaffrine sont habilitées à prendre en charge l'économie locale, y compris la production de charbon de bois et sa gestion. PROGEDE 2 a également offert une formation à la gestion forestière, à l'apiculture et à l'horticulture pour les hommes et les femmes, permettant aux femmes de subvenir aux besoins de leur famille tout en trouvant d'autres sources de revenus.

    Mis à part l'impact environnemental du charbon de bois, le travail de PROGEDE 2 et les femmes de Kaffrine s'attaquent à un résultat beaucoup plus direct de la surexploitation des forêts: si la déforestation au Sénégal se poursuit, il ne restera finalement plus rien à récolter. Cependant, entre le travail de l'Association des femmes forestières et l'autonomisation des femmes rurales dans le cadre du PROGEDE 2, le Sénégal pourrait être en mesure d'éviter ce scénario alors que la région voit une repousse de ses forêts. Les femmes de Kaffrine prennent l'avenir en main.

    [MOGED]

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2020 Médiaterre V4.0