Mediaterre
   

Focus sur le rapport de l'IPBES sur la biodiversité



  • La Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES) est un groupe international d'experts sur la biodiversité. L’IPBES a pour premières missions d'assister les gouvernements, de renforcer les moyens des pays émergents sur les questions de biodiversité, sous l'égide de l'Organisation des Nations unies (ONU).

    Durant la séance plénière qui se déroulait du 29 avril au 4 mai à Paris, 355 experts de 50 pays ont présentés la synthèse d’une évaluation mondiale sur la biodiversité. Ce document de 1800 pages fait office de « résumer pour les décideurs ». Le constat est accablant et confirme que nous sommes à l'origine et subissons la sixième extinction massive du vivant.

    Alors que le G7 environnement se tenait il y a une semaine, le rapport est clair : « La nature décline globalement à un rythme sans précédent dans l’histoire humaine. Le taux d’extinction des espèces s’accélère, provoquant dès à présent des effets graves sur les populations humaines du monde entier »

    Le rapport estime environ 1 million d’espèces animales et végétales menacées d’extinction. Chose « qui n’a jamais eu lieu auparavant dans l’histoire de l’humanité ». De plus, sur les 8 millions d’espèces animales et végétales (dont 5.5 millions d’insectes) il est estimé 5.9 millions d’espèces terrestres dont 500 000 ne bénéficient plus de l’habitat naturel nécessaire à leur survie sur le long terme.

    « Selon les résultats, l'abondance moyenne des espèces locales dans la plupart des grands habitats terrestres a diminué d'au moins 20% en moyenne depuis 1900. Et ce déclin "sans précédent" semble toucher toutes les classes. Plus de 40% des espèces d'amphibiens, près de 33% des récifs coralliens et plus d'un tiers de tous les mammifères marins sont désormais en danger. Du côté des insectes, les données suggèrent une menace sur 10% des espèces.

    Plus préoccupant encore, le rapport estime que 9% des 5,9 millions d'espèces terrestres mondiales - soit quelque 500.000 espèces - n'ont aujourd'hui plus l'habitat nécessaire à leur survie à long terme et pourraient prochainement s'éteindre, certaines d'ici une décennie, rejoignant la liste des espèces disparues qui ne cesse de s'allonger. Depuis le 16e siècle, au moins 680 espèces de vertébrés se sont éteintes. ». Rapporte Géo.fr 

    Quelques chiffres sur le déclin des espèces :

    • Depuis 1900, l’abondance moyenne des espèces locales dans la plupart des grands habitats terrestres a diminué d’au moins 20 % en moyenne.
    • Au moins 680 espèces de vertébrés ont disparu depuis le XVIe siècle.
    • On estime que de 10 % d’espèces d’insectes sont elles-aussi menacées.
    • Plus de 9 % de toutes les races domestiquées de mammifères utilisées pour l’alimentation et l’agriculture avaient disparu en 2016, et 1.000 races de plus sont menacées.
    • Plus de 40 % des espèces d’amphibiens, près de 33 % des récifs coralliens et plus d’un tiers de tous les mammifères marins sont menacés.

     

    Le rapport fait aussi le point sur les sources de cette chute de biodiversité : l’activité humaine. En effet, les causes du déclin de la biodiversité sont connues depuis des décennies et nous n'avons de cesse de les expliquer : déforestation, industries extractives, destruction des habitats, industrialisation de l'agriculture, utilisation massive de pesticides, dégradation des sols, surpêche, surpopulation humaine, changement climatique, déchets plastiques, étalement urbain, espèces envahissantes apportées par nos échanges ( 70 % : depuis 1970), agrocarburants, surconsommation et soutien à tout prix de la croissance économique : jamais l'impact de l'Homme sur la planète n'a été si fort et généralisé. (Notre-planete.info)

    Quelques chiffres sur l’influence de l’action humaine :

    • Les trois quarts de l'environnement terrestre et environ 66 % du milieu marin ont été significativement modifiés par l’action humaine
    • La dégradation des sols a réduit de 23 % la productivité de l’ensemble de la surface terrestre mondiale ; une partie de la production agricole annuelle mondiale, d’une valeur marchande pouvant atteindre 577 milliards de dollars US, est confrontée au risque de disparition des pollinisateurs.
    • Plus de 9 % de toutes les races domestiquées de mammifères utilisées pour l’alimentation et l’agriculture avaient disparu en 2016, et 1.000 races de plus sont menacées
    • La pollution par les plastiques a été multipliée par dix depuis 1980 ; environ 300-400 millions de tonnes de métaux lourds, solvants, boues toxiques et autres déchets issus des sites industriels sont déversés chaque année dans les eaux du monde, et les engrais qui arrivent dans les écosystèmes côtiers ont produit plus de 400 « zones mortes» dans les océans, ce qui représente environ 245.000 km2, soit une superficie totale plus grande que le Royaume-Uni.

     

    Pour ne pas servir que de sonnette d’alarme, le rapport présente un éventail d’actions en faveur du développement durable. "Le rapport nous dit qu'il n’est pas trop tard pour agir, mais seulement si nous commençons à le faire maintenant à tous les niveaux, du local au mondial", a appuyé Sir Robert Watson, chimiste britannique qui a travaillé sur les sciences de l'atmosphère.

    Pour plus d’information :

    Le communiqué de presse officiel de l’IPBES à la suite de la présentation du rapport 

     

    Un résumé du rapport contenant beaucoup de données chiffrées : Consoglobe.com

     

    Source : Communiqué de presse de l’IPBES

                 Géo.fr

                 Consoglobe

                 Notre-planete.info 

    Crédit photo : NiklasPntk

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2019 Médiaterre V4.0