Mediaterre

   

Jonala Olive

  • Congo
  • Organisation : Département de la communication et des médias
  • Situation professionnelle : Professions de l'information, des arts et des spectacles
  • Portrait du Membre

    Mon parcours académique est la conjugaison d’un certain nombre de facteurs. En effet, l’image de notre maison effondrée, en 1973, pour cause d’érosion au quartier Massina, arrondissement 7 Mfilou de Brazzaville, n’a jamais quitté ma conscience dès mon bas âge.

    L’intérêt que je portais à cette question environnementale m’a emmené à choisir la géographie, après l’obtention de mon baccalauréat A4, en 1992, au lycée 5 février 1979 de Kinkala, département situé au sud de Brazzaville. Et en année de licence, j’ai choisi comme spécialité la géographie urbaine.

    Aussi, ai-je, pensé que, pour être efficaces, les mesures de prévention devraient s’appuyer visiblement sur la sensibilisation des collectivités locales, des citoyens et des populations à la nature des risques .

    Ainsi donc, j’ai pensé associer ma formation de géographe à celle de la communication. D’où mon inscription en sciences et techniques de la communication et l’obtention en 2007 d’une Licence en journalisme.

    La géographie humaine et économique, option urbaine, à mon avis, ne suffisait pas pour bien appréhender les contours des problèmes environnementaux. Pour combler cette lacune, je suis reparti à l’université pour obtenir une Licence en géographie de l’aménagement en 2007.

    Mon stage d’imprégnation en journalisme, au groupe national de presse «  La nouvelle République » à Brazzaville, un média de service public, de 2006 à 2013, m’a permis d’avoir un carnet d’adresses fourni, eu égard aux reportages, aux articles de presse publiés et aux séminaires de formations bénéficiés pour le compte de ce journal.

    Cette expérience s’est révélée positive pour moi. D’abord, avec ma nomination comme Pigiste, le 11 décembre 2006 et comme Consultant au cabinet du chef de l’Etat par note N°213/PR-CAB/SG/DARH, du 1er octobre 2015. J’ai pris mon service le 2 octobre 2015.

    En outre, mon appartenance à de nombreuses associations politiques, culturelles, sportives et communautaires et le métier du journalisme ont forgé en moi l’esprit d’équipe, de fair-play, d’éthique. Fervent chrétien, j’ai appris à l’église catholique la tolérance, la tempérance, l’assistance aux autres et j’en passe. Mais, on me reproche souvent l’esprit colérique, les réactions instantanées et la témérité.

    Soucieux de donner une touche particulière à mon travail de communicateur, j’ai fait de la formation mon cheval de bataille. C’est la raison d’être de ma participation à de nombreux séminaires de formation et de perfectionnement. Je peux citer, entre autres, le stage de formation passé, du 14 novembre 2005 au 14 mars 2006, au service de production et sinistre de la société de management des risques assurances (MARA S.A) à Pointe-Noire, capitale économique du Congo.

    Au cours de ma jeunesse, j’ai aussi roulé ma bosse dans l’informel et dans certaines activités professionnelles dans le privé. Il s’agit notamment de la société SCAB-Congo où j’ai exercé en qualité d’agent de prévention et sécurité de 2003 à 2005, à Pointe-Noire et de la boulangerie Père-Ngoma de Brazzaville où j’ai exercé en tant qu’employé du 28 novembre 1999 au 20 avril 2009.

    Mais, ce qui me motive davantage pour cette formation c’est d’abord l’ancienneté du CELSA Sorbonne qui existe depuis 1960 ensuite la qualité des intervenants et les enseignants-chercheurs et surtout la souplesse des documents à fournir pour une éventuelle formation.

    Description de l'organisation du membre

    Au département de la communication et des médias, j'ai été recruté en tant que Journaliste-consultant. Mes tâches sont celles dévolues à tout journaliste, c’est-à-dire, collecter, traiter et diffuser les informations dans les sites de la présidence de la république et dans d’autres canaux de communications officiels.

    La seule différence ici est que, le traitement a une dose beaucoup plus politique car il s’agit, en priorité, de soigner l’image des institutions publiques et surtout d’éclairer l’opinion nationale et internationale face à la désinformation surtout à l’heure actuelle où dans les réseaux sociaux «  les faxes news » et la cybercriminalité occupent une place de choix.

    Le département de la communication et des médias accrédite les médias pour la couverture des activités présidentielles. Ici, tout le personnel est mis à contribution pour l’organisation et le succès des dites activités.

     

    Dernières dépêches publiées

  • Aucune dépêche publiée depuis 1 an.

  • Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2018 Médiaterre V4.0