Mediaterre
   

Le Premier ministre mauricien plaide pour le développement durable devant le Conseil exécutif de l’UNESCO



  • Le Premier ministre mauricien, Navinchandra Ramgoolam, s'est exprimé le 14 octobre devant le Conseil exécutif de l'UNESCO, réuni pour sa 180e session. Il a présenté le projet Maurice - Ile Durable, lancé par son gouvernement pour surmonter les nouveaux défis qui se posent à son pays et notamment pour faire passer en vingt ans la part des énergies renouvelables de 20 à 43 %.

    " Maurice - Ile Durable est une initiative de grande envergure qui vise à réduire la dépendance de Maurice vis-à-vis des énergies fossiles dans le contexte plus global d'un développement durable ", a déclaré Navinchandra Ramgoolam qui a poursuivi : " Sur un Produit National Brut de 7 milliards de dollars, la facture énergétique de notre île se chiffre à 2,2 milliards. [...] Nous avons donc jeté, avec ce projet, les bases d'une autonomie énergétique qui touche aussi bien les aspects économiques, agricoles que culturels ".

    Le Premier ministre mauricien a précisé que le projet repose sur deux piliers : les économies d'énergie et l'émergence de petits producteurs indépendants d'énergies renouvelables. Il a pour ambition d'être " un projet pilote " pour les Petits Etats Insulaires en Développement. Le lien entre l'éducation et le développement durable a également été souligné par le dirigeant mauricien qui a rappelé que son pays investissait massivement dans l'éducation et qu'il avait révisé tous ses programmes scolaires afin de les mettre en adéquation avec ses besoins en matière de développement. Navinchandra Ramgoolam a ajouté : " Les programmes scolaires ont intégré l'enseignement des valeurs menant au développement durable. [...] Nous serons heureux de collaborer activement à toutes les initiatives qui seront entreprises par l'UNESCO concernant les ressources pédagogiques visant à créer ce que nous appelons un Eco Citoyen "

    Navinchandra Ramgoolam a aussi évoqué la diversité et la richesse culturelles de Maurice : " Notre terre brasse toutes les cultures, toutes les religions, toutes les langues. Nous sommes, que nous le voulions ou non, les porte-drapeaux de la différence, de la diversité. [...] C'est notre richesse. Mais elle nous oblige aussi à une responsabilité. Celle d'être les combattants infatigables de ceux qui n'acceptent pas la différence et qui veulent uniformiser la pensée et la culture ".

    Le Premier ministre a également remercié l'UNESCO pour l'inscription sur la Liste du patrimoine mondial de l'Aapravasi Ghat et de la montagne du Morne et évoqué le rôle important joué par Maurice sur la route des esclaves. Il a annoncé que Maurice souhaitait mettre en place un institut pour la diversité culturelle et le dialogue interculturel.

    Dans son message d'accueil, le Président du Conseil, Olabiyi Babalola Joseph Yaï (Bénin), a mis en avant la diversité culturelle de Maurice et déclaré beaucoup attendre de l'expérience menée par cette île. Pour sa part, le Directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, a souligné que le projet d'envergure mené par Maurice montrait la voie et qu'il pouvait contribuer aux activités de l'UNESCO en faveur des Petits Etats Insulaires en Développement.

    Peu avant son discours, Navinchandra Ramgoolam a signé avec Koïchiro Matsuura un accord visant à renforcer les liens entre Maurice et l'UNESCO et prévoyant notamment des formes innovantes de coopération dans le domaine du développement durable et dans des domaines scientifiques.

    Source : UNESCO

    Partagez
    Donnez votre avis

    Conception & Réalisation : CIRIDD - © 2002-2021 Médiaterre V4.0